AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De vieilles légendes circulent à présent dans les plus sombres ruelles de certaines villes. A Tortuga, les vieux ivrognes témoignent de leur engouement à en savoir bien plus que les autres ; certains parlent, bien trop. Quelque part en mer, se trouve une île, habitée ou non, nul ne le sait. Une seule chose reste certaine, c'est qu'elle reste protégée par un grand navire avec des voiles noires; s'étant comme figé dans le temps. Un équipage maudit et obligé de rester aux bords de cette île, à faire ce devoir, celui de la défendre d'opportuns visiteurs et autres petits curieux.

On raconte qu'ils seraient possédés, maudits ; que la déesse des mers elle-même les auraient condamnés à cette éternelle vie, uniquement consacrée à ce même et lancinant devoir. Les rares personnes s'étant approchés de cet endroit, n'en sont jamais revenus pour le prouver. La Fontaine de Jouvence existe-t-elle réellement?


Une carte mènerait à ce fameux secret, une carte que possèderait le capitaine Jack Sparrow. (more?)

FORUM'S THEME

Thanks to Steyda (Gabriel).
THE STAFF


DÉBUT FÉVRIER 2010 - ouverture du forum, AGAINST THE WORLD.

NEWS DU CINQ MARS 2010 - le forum change de design pour adopter le numéro deux, what we fighting for.
 
NEWS DU VINGT-HUIT MARS 2010 - en cette fin de mois et pour fêter la venue du mois d'avril, la troisième version all we need est mise en place ; n'hésitez pas à donner votre avis sur la troisième version ici même, (:

NEWS DU NEUF AVRIL 2010 - un recensement à été mis en place, et tous les membres sont conviés à signaler leur présence à cet endroit. Pour continuer sur une note plus joyeuse, un concours prévoyant l'emblème de la chronique mensuelle d'ATW est officiellement lancé dans la galerie artistique du forum ; que vous pourrez retrouver en lien direct ici-même; =D Bon courage à tous!

NEWS DU PREMIER MAI 2010 - le forum change de nouveau de design pour adopter sa quatrième version, be prepared ; (:

NEWS DU DEUX MAI 2010 - le recensement du forum étant terminé, les membres ne s'étant pas manifestés ont été supprimé.

NEWS DU VINGT-DEUX JUIN 2010 - nouveau design mit en place, ce dernier en est à sa cinquième version, all i ever wanted is war.

NEWS DU PREMIER OCTOBRE 2010 - après un hiatus, le forum reviens parmi nous, avec une nouvelle version du design (world domination, one step at a time), ainsi qu'une intrigue (inscriptions à cet endroit) ! bon jeu à tous ! /o


/ INSCRIPTIONS A L'INTRIGUE :
« Caribbean Thunder! »

BE FRIEND MORE ?


     

Partagez | 
 

 † Miss Grace E. Beckett †

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Miss Grace E. Beckett♥ LA DAME DE COEUR

« Inscrit(e) le » : 30/05/2010
« Parchemins enregistrés » : 27
« Where are you ? » : ... where I'm
« RP Age » : 25 ans
« Quote » :
# Miss Grace E. V. Beckett
"Telling a woman you like her clothes is not lying. It's self-preservation"



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
:
« Profession Exercée »
:
« Relationnel »
:
MessageSujet: † Miss Grace E. Beckett †   Lun 31 Mai - 23:08


GRACE E. BECKETT


(c) Kaelly


    ©️ Friday

    Où en est la confection de mon dernier diadème ? J’attend !
    NOM, PRÉNOM(S) – Beckett Grace Elegance Victoria
    DATE, LIEU DE NAISSANCE & AGE – 25 ans, née le 21 Juin, jour de l’été.
    SIGNE ASTROLOGIQUE – Gémeau
    ORIENTATION SEXUELLE – Hétérosexuelle, sans même l’ombre d’un doute
    ORIGINES – anglaise à 300%
    LIEU DE RÉSIDENCE – Une superbe demeure à Port Royal
    RICHESSE MATÉRIELLE – Vous voulez dire autre que financière ? Des dizaines, que dis-je, des centaines de robes en tout genre, de corsets, de chapeaux, de rubans, de bijoux, de chaussures… Vous souhaiteriez peut-être que je vous fasse visiter ma garde robe ? Bah ? Pourquoi non ?
    RANG DANS LA SOCIÉTÉ – Comment pourriez-vous l’ignorer ? Vous ne me connaissez donc pas ? Menteurs !


    CAMP – Je suis dans tous les cas du côté de mon cher frère.
    VOTRE POLITIQUE – Vous voulez dire ma devise peut-être ? Alors ne jamais porter de rouge avec du vert, séparer obligatoirement le bleu du jeune et surtout, surtout, éviter le orange quand on a le teint mat, excusez-moi, mais c’est une véritable horreur ! Je récapitule donc : Choisir sa tenue avec attention est une chose à laquelle personne ne devrait échapper.
    PROFESSION EXERCÉE – Travailler, et puis quoi encore, vous voudriez peut-être me voir astiquer un navire ? Ne soyons pas ridicule.



Spoiler:
 


Dernière édition par Miss Grace E. Beckett le Lun 31 Mai - 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miss Grace E. Beckett♥ LA DAME DE COEUR

« Inscrit(e) le » : 30/05/2010
« Parchemins enregistrés » : 27
« Where are you ? » : ... where I'm
« RP Age » : 25 ans
« Quote » :
# Miss Grace E. V. Beckett
"Telling a woman you like her clothes is not lying. It's self-preservation"



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
:
« Profession Exercée »
:
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: † Miss Grace E. Beckett †   Lun 31 Mai - 23:08

+1I — storyboard.
.
“Contrairement à la fiche traditionnelle, vous devrez non pas raconter l'histoire de votre personnage, mais la résumer en un post RP pour un minimum de quarante lignes. Vous y insérerez des anecdotes, les traits physiques de votre personnage ainsi que de son caractère.”

« CARLAAAAAAAAAAAAA ! MA ROBE ! NE ME DIS PAS QU’ELLE N’EST PAS PRÊTE ! »

Les hurlements stridents de la jeune fille ricochèrent sur les murs du long corridor. Personne n’aurait eu d’ailleurs la mauvaise idée de s’y aventurer à ce moment-là. A tout juste 16 ans, Grace était encore pire qu’une princesse légitime. Petite gamine pourrie gâtée capricieuse et colérique, elle faisait la loi partout dans la maison, et ses crises de nerfs monumentales rythmaient les journées des servantes. Tout, tout pour éviter qu’elle ne se mette en colère. Parce que si Mademoiselle Beckett criait, ils ne donnaient pas chers de leurs pauvres nerfs.
Tyrannique, insouciante et égoïste, elle avait tendance à négliger tout ce qui ne tournait pas autour d’elle. Mais ce jour-là, c’était pire. Parce que la jolie minette se rendait à une fête chez quelques nobles de la ville et tenait à ce que sa tenue soit absolument parfaite. Robe bleue nuit aux parures assorties, coiffure étudiée et sourire de circonstance, elle avait tout prévu dans les moindres détails.
La pauvre Carla se terra dans la laverie, en espérant peut-être que sa jeune maîtresse ne la retrouverait pas. Mais elle n’aurait pas du sous-estimer les instincts dictatoriaux de Grace qui entra comme une furie dans la salle. Peu auraient envié la place de la pauvre servante à cet instant, car ses cheveux noirs en bataille et ses joues rougies par la colère ne donnaient à la jeune femme qu’un air malicieux et mauvais qui faisait fuir tout le monde. Oh oui, Grace avait une sacrée réputation. Pas la même d’ailleurs auprès des gens de son rang. Si les servantes et domestiques avaient tendance à la fuir comme on fuit la peste noire, à l’inverse, elle était considérée comme particulièrement élégante et digne de son rang, parmi les gens de la haute. A croire que la petite peste inconséquente n’était en vérité qu’une lady tout à fait agréable, aux tendances un tantinet tortionnaires.

« Si elle n’est pas prête à temps pour que je m’habille, ma chère Carla, je ne donne pas cher de votre place au sein de cette maison, et croyez-moi, plus jamais vous ne trouverez du travail, ni pour vous, ni pour vos enfants ! »

Faisant claquer ses talons, Grace fit volte face et retourna d’un pas fier vers la porte de la salle, en ignorant totalement les domestiques qui les observaient, planqué à droite à gauche. Soudain, elle se retourna violemment, fixa Carla de ses yeux glacials et haussa un sourcil.

« Une dernière chose, le rouge et le vert… ça ne va pas ensemble. Vous devriez choisir entre votre foulard ou votre corset. »



La douleur, lancinante, incessante. Le froid, mordant, agressif. Mais si ce n’était que cela, ça aurait été supportable. Mais tout était si sombre, rien, rien, pas une lueur, pas une foutue lueur d’espoir et de lumière dans cette maudite prison. Juste le noir, total. L’absence de repaires, est, ouest ? Nul ne savait. Une sensation de vide, déconnectée de la réalité. La vérité, quelle était-elle dans un espace où rien n’existe ? La notion de temps, la notion d’espace, tout était devenu indiscernable.

Quand on passe trop de temps dans le noir, on perd tout ce que l’on sait. Le monde qui vous entoure n’est qu’un immense vide, incertain, terrifiant. Alors certes, la peur au début vous tiraille, vous assassine, et vous cherchez à vous échapper, quoiqu’il arrive, partir, rejoindre une lumière salvatrice. Et puis un jour, vous réalisez que vous ne savez plus qui vous êtes, ni où vous êtes, ni même quel jour on est. Vous le savez, vous perdez la tête. Beaucoup disent que vos autres sens se développent quand vous perdez la vue. Mais c’est faux. C’est un doux mensonge pour vous rassurer. Votre cerveau s’endort petit à petit, à force d’espérer un futur qui ne vient pas. Vous n’êtes plus que l’ombre de vous même, et pourtant, votre cœur bat. Maigre preuve de votre vie, souffrance éternelle et responsable mécréant de la misère qui vous lie à la tête. Vous voudriez mourir, mais n’y arrivez pas. Quoique vous tentiez, votre faible cœur s’accroche, et survit.

Beaucoup dans ce cas là décident de se donner la mort. Le taux de suicide était alors probablement évalué à plus de 90% des séjours de longue durée. Un vrai carnage. Et les corps s’entassaient alors désespérément, sans vie. Certains aussi tombaient malades. Ça devrait être à peu près la pire chose qui puisse arriver en pareille circonstance. La douleur, déjà atroce, en devenait insupportable et les cris rauques des agonisants rendaient l’atmosphère lourde et intolérable.

Mais la mort, c’était pour les faibles. Les pauvres incompétents, incapables de supporter la douleur, l’humiliation, l’odeur, tout ce qui faisait de cet endroit un enfer. Cependant, tous ne mangeaient pas de ce pain là, non, cela aurait été trop facile. Et ce qui est facile manque cruellement de piquant, de ce petit quelque chose qui rend la vie si excitante. C’était d’ailleurs pour cela que les suicidés étaient si mal vus dans cette prison infernale. Souvent, quand une telle chose arrivait, des bruits de talons se faisaient entendre, nombreux et désordonnés, suivis d’éclats de voix flous et incompréhensibles. Et pendant des jours, des semaines, des mois, l’odeur atroce d’un corps en décomposition s’ajoutait à celle du sang, des déjections et de la transpiration. C’était une spirale infernale, plus l’odeur était infâme et plus le nombre de suicide augmentait. Mais jamais personne n’avait jusque là tenu si longtemps. L’espérance de vie dans ces prisons était d’environ quatre mois. Et voilà que le record était explosé. 4 ans. 4 longues années à fixer le noir, sans espérer même un seul signe. 4 années à prier pour une rédemption qui jamais ne viendrait. 4 années de rancœur, de haine et de peur si solidement ancrées dans la chair que le souvenir même de ce calvaire raviverait en n’importe quel être l’envie de se venger, de tout tenter pour partir.

Mais elle était différente. Elle était unique en son genre, comme increvable. Ils avaient tenté mainte fois de la briser. Torture, isolement, pire même, parfois. Et elle n’avait pas cillé. Elle n’avait pas laissé apparaître une once de fatigue. Pas une fois elle avait flanché devant eux. Mais de l’intérieur, elle bouillonnait. 4 années, 4 années de trop. Elle le savait, elle ne sortirait jamais indemne de tout cela. Trop de souffrances, trop de douleurs, trop de larmes de terreur versées au fil des mois, dans sa cellule sombre. Trop de sang, trop de chair brûlée. Elle ne pouvait dire avec certitude si elle avait encore un quelconque aspect humain tant les tortures qu’elle avait subies lui semblaient collées à la peau.

Elle avait l’air si forte, et pourtant était si faible. Manipulatrice de haut rang, elle savait depuis toujours comment berner les gens, mais elle n’en pouvait plus. Enfermée dans sa sombre cellule, elle était seule depuis presque huit semaines, selon ses propres estimations, qui étaient loin d’être précises.

Recroquevillée dans la terre battue, elle s’était éloignée le plus possible de ce qui était la porte. Tremblante, frigorifiée et usée par les privations, elle entendit soudainement un bruit inhabituel. Quelque chose qui ne venait pas des cuisines. Quelque chose qui venait briser son monotone quotidien. S’il vous plait, non, je ne le mérite pas. Se redressant légèrement, elle chercha à reculer encore, se fondre dans le mur. Les pas se rapprochaient. Ils étaient plusieurs, probablement soldats, comme toujours. Non, s’il vous plait, pas encore ! La serrure, encore. Bruit atroce, déchirant. Appel de détresse, besoin de fuir. Partir, loin, se cacher, quelque part, se fondre dans le mur, mourir, enfin. Tout sauf y retourner encore. La dernière fois l’avait complètement brisée, cassée, vidée. Elle n’en avait plus le courage. Et si son flegme naturel l’emporterait encore, ce n’était que pour son démesuré orgueil qui ne pourrait souffrir une marque de faiblesse.

La lumière éclaira soudainement le sombre cachot. Les yeux de la jeune femme ne pouvaient pas le supporter. Vive douleur, aveuglement soudain, sentiment d’être propulsée dans un monde trop lumineux qui nous a fait si longtemps défaut. Si mal, si mal aux yeux. Blessée par le violent éclat des torches. Quelques voix, si proches et pourtant trop lointaine pour qu’elle n’en discerne le sens, assaillie par de violents bourdonnements. L’impression de se sentir mal, les ténèbres l’attirant dans leur antre fatale, et puis la poigne, ferme, violente, presque animale. Etre soulevée du sol, traînée dans des couloirs interminables et pourtant se sentir si loin, si loin de son corps, incapable d’en reprendre le contrôle.

Vous vous trompez ! La salle est de l’autre côté ! Non, s’il vous plait, pas maintenant. Elle avait assez souffert, elle avait payé pour son insolence, pour ses erreurs de jeunesses. Elle ne méritait pas ce qui lui arrivait. Vous ne pourriez imaginer le genre de torture qu’elle avait pu subir en quatre ans. Violence physique, violence morale, elle avait visité toutes les salles de tortures du palais, et un nombre incroyablement élevé de chambres. Elle connaissait tous les hommes les plus importants du coin. A croire qu’ils préféraient les occidentales. De longs frissons parcoururent son échine quand enfin ils s’arrêtèrent devant une nouvelle porte. Une porte qu’elle n’avait jamais vue auparavant, et ses yeux trop longtemps privés de leur fonction recommençaient à distinguer des formes vagues, des silhouettes aussi, fantomatiques dans la lumière éclatante.

On la poussa à l’intérieur et la porte se referma immédiatement sur elle. La salle était à peine éclairée, ce qui lui facilita d’ailleurs la tâche. Tout était richement décoré, rappelant vaguement quelques chambres de princes qu’elle avait été forcée de visiter, au début de sa captivité. Souvenir peu agréable. Très peu en y repensant. Maudite nausée. Vision d’horreur, sentiment d’être sale de l’intérieur. Mourir. S’il vous plait, tuez-moi. Libérée de son enveloppe corporelle, elle aurait sûrement pu enfin quitter ce monde. Mais son âme était sale, son cœur était sale, à vif, souillé.

Vengeance. Please my dear, I beg you to avenge me. Sa mémoire brouillée ne lui donnait que des images floues de son passé. Mais elle savait que quelque part, quelqu’un serait prêt à tuer pour venger son honneur si longtemps bafoué. Elle en avait assez. Assez de cette vie d’humiliation, de torture, de… de tout ça. En réalité, elle n’avait jamais été vraiment courageuse. Elle ne savait même pas d’où elle avait tiré la force de supporter jour après jour son calvaire. De ses vagues souvenirs elle se rappelait une chose, jamais elle n’avait eu à souffrir comme ça. Jamais elle n’avait été si mal traitée, jamais elle ne s’était sentie si seule. Et désormais elle ne pouvait s’accrocher qu’à des ombres confuses, fantômes de son passé que sa raison avait fait taire. Pourquoi donc n’arrivait-elle pas à se rappeler ?

Grincements de portes, murmures glissant sur les murs, brise légère, rafraichissante. Un long frisson parcouru son échine. Pas encore, je vous en supplie, pas maintenant. Si lasse, si lasse, et pourtant. Pourtant toujours ce regard fier, ce sourire involontaire et si provocateur. Tant de pression. Trop de pression. Des pas, enfin, dans son dos. Elle ne cilla pas. Habitude, routine, répétition perpétuelle d’une même torture qui en devient quotidienne. Et pourtant. 6 mois, 6 mois déjà depuis la dernière fois. Ils avaient voulu tester ses limites, la pousser dans ses retranchements. Et elle aurait tant souhaité, oui tant souhaité pouvoir se laisser aller. Ne pense pas ça, pauvre sotte, je te l’interdis. Elle n’avait pas le droit, elle ne pouvait pas se le permettre. Fragile, certes. Sensible, aussi. Affreusement orgueilleuse, surtout. Horriblement attachée à son honneur, vital. Mourir ? Mais jamais elle ne le pourrait. Pas tant qu’ils auraient tous péri dans d’atroces souffrances. Elle les avait tous maudit, les uns après les autres, depuis le début, tous, sans en oublier un seul. Jamais.

Une main sur sa hanche, cette présence imposée lui donnait la nausée. Ne bouge pas, petite fille, ne bouge pas et ils te rendront ton beau cachot tranquille et silencieux. Elle ferma les yeux, se mordit la lèvre et inspira un grand coup. Supporter. Elle ne savait plus faire que ça. Mais rien. Juste cette main, juste cette présence, juste cette respiration calme, régulière.

« Vous êtes tendue, Miss Beckett ? »

Aah ! Douleur atroce. Voix glaciale et sarcastique. Horrible voix aigue et agressive. Atroce résonnance dans sa tête déjà trop fatiguée. Encore et encore et encore. Souvenirs déchirants son âme pour refaire surface. Terrible sensation, mal de tête, ténèbres si attirants. Non, résiste encore un peu, petite sœur, tu peux y arriver.

« Non »

Voix rauque, c’est si dur de parler après des mois de solitude silencieuse. Comme si redécouvrir ses capacités vocales était blessant. Comme si finalement ce mutisme forcé lui permettait encore de se protéger des agressions extérieures. Mais trop tard. Too late. Impatience. Fatigue. Lassitude. Fierté. Rancune. Et pourtant l’impression qu’il se passait quelque chose d’anormal semblait la gagner.

Rien n’avait changé, en vérité. Soudainement, la poigne s’était refermé sur son bras, dure comme de l’acier, tranchante et glaciale. Grace se crispa. Brutalement agenouillée sur le sol. Tapis d’orient d’une beauté rare, qu’ils soient maudits pour le sang qu’ils ont vu couler. Plier sous la douleur. S’écraser à nouveau. De larmes, point du tout. Plus maintenant. Mais jamais ces images ne quitteraient sa mémoire. Jamais elle n’oublierait les voix, les silhouettes. Et un jour, oui un jour, ils finiraient par devoir répondre de leurs actes.

« Vous êtes incroyable, Miss Beckett. Sincèrement. J’aurais pensé que vous auriez craqué depuis longtemps. Les gens craquent, dans ce genre de situation, vous savez. J’ignore comment vous avez fait pour tenir si longtemps. J’ose espérer que cela vous aura servi de leçon, et qu’à l’avenir, vous ne recommencerez plus. »

Les dents serrées, le regard rivé au sol, elle ne répondit pas. Qu’aurait-elle pu dire ? Clamer son innocence, dire qu’il s’agissait d’une erreur ? Tragique erreur. Fatale erreur. Trop tard, trop tard pour rattraper. Trop tard pour effacer. Trop tard pour oublier. Non, non, ils payeront tous, que je doive sacrifier ma vie, peu m’importe, ils seront damnés par tous les démons de l’enfer, je le jure !
Et le coup partit, ses côtes décharnées hurlant de douleur, et pourtant pas de larmes. Plus de larmes. Parce que la douleur n’était plus rien. Rien qu’un sentiment habituel, coutumier. Normal. Les ecchymoses, les coups de fouets, le sang chaud qui coule sur la chair brûlé. Elle préférait mille fois ça à ses longs séjours dans les appartements privés de quelques grands pontes de ce monde barbare. Oui, violence, violence, atroce torture mais pitié, pitié, pas mon honneur, pas encore.

« Vous êtes attendue chez notre nouvel invité, veillez à être présentable. »

Les pas s’éloignèrent, la porte se referma, et seule, seule face à son triste avenir, Grace s’effondra sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lady Elvira L. G. GreyG O V E R N O R; ♣ « despote & politicienne manipulatrice »

« Inscrit(e) le » : 17/08/2009
« Parchemins enregistrés » : 624
« Where are you ? » : quelque part derrière mon arc-en-ciel, à jeter des fleurs partout où je passe. peace&love.
« RP Age » : twenty-nine years old. (she's not a old lady)
« What do you want ? » : un coeur. *sbaf*
« Quote » :
    'In order to get power and retain it, it is necessary to love power; but love of power is not connected with goodness but with qualities that are the opposite of goodness, such as pride, cunning and cruelty.' - cf. Leo Nikolaevich Tolstoy (quotation)



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Winners.
« Profession Exercée »
: Dictator Governor of Port Royal | Beckett's Assistant
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: † Miss Grace E. Beckett †   Mar 1 Juin - 1:31

    Re-bienvenue miss !

    Alors...Punaise, cette histoire m'a fait briller les yeux. C'était si poignant... Vous le faites exprès hein, avouez, les Beckett se ressemblent tous, vous me faites tous pleurer avec vos histoires émouvantes. XD Donc, eh bien, je te donne mon oui, et je laisse la parole à ma chère et sexy collaboratrice Rackett !





    "The way you held me, I knew that this could be. What I've been waiting to find. Darling, look at me, I've fallen like a fool for you ; darling, can't you see, I'd do anything you want me to. I tell myself I'm getting in to deep, then I fall a little farther every time you look at me."
      |LOOK AT ME - CARRIE UNDERWOOD|

    Spoiler:
     
    [/center]
Revenir en haut Aller en bas
http://against-the-world.highbb.com
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: † Miss Grace E. Beckett †   Mar 1 Juin - 1:44

    La famille s'agrandit.
    MARIOOOOOON *sbaff*

    welcome parmi nous miss.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lord Cutler BeckettLEADER OF THE EAST INDIA TRADING COMPANY

« Inscrit(e) le » : 19/05/2010
« Parchemins enregistrés » : 33
« Where are you ? » : //
« RP Age » : 36 ans
« Quote » :


ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
:
« Profession Exercée »
:
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: † Miss Grace E. Beckett †   Mar 1 Juin - 2:24

    Staminder +1
    RAAAAAH MAGNIFIQUE MARION <3333

    Super fiche Gracy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: † Miss Grace E. Beckett †   Mar 1 Juin - 11:07

Welcome to the grave to Port Royal, bienvenue, bienvenue ^^

Je pourrais te donner mes robes qui ne servent à rien dans ma cabine, j'en ai toute une collection
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sydney S. HopksDécédée : elle est là, elle nous hante...

« Inscrit(e) le » : 07/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 395
« Where are you ? » : Port Royal
« RP Age » : 28
« What do you want ? » : Vivre sanss survivre dans cette ville maudite
« Quote » :
WALK ALL OVER ME


ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Bien trop génante pour vous! Je suis marchande de plaisir!
« Profession Exercée »
: Tous!
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: † Miss Grace E. Beckett †   Mar 1 Juin - 11:19

    • Très belle fiche!

    Tu as mon OUI!


    Bienvenue parmi nous et très bon jeu.




Frak me, but respect me. I'm not that girl....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miss Grace E. Beckett♥ LA DAME DE COEUR

« Inscrit(e) le » : 30/05/2010
« Parchemins enregistrés » : 27
« Where are you ? » : ... where I'm
« RP Age » : 25 ans
« Quote » :
# Miss Grace E. V. Beckett
"Telling a woman you like her clothes is not lying. It's self-preservation"



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
:
« Profession Exercée »
:
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: † Miss Grace E. Beckett †   Mar 1 Juin - 12:24

Gracias everybody ! Et plus spécialement à mes deux admins préférées
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lord Cutler BeckettLEADER OF THE EAST INDIA TRADING COMPANY

« Inscrit(e) le » : 19/05/2010
« Parchemins enregistrés » : 33
« Where are you ? » : //
« RP Age » : 36 ans
« Quote » :


ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
:
« Profession Exercée »
:
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: † Miss Grace E. Beckett †   Mar 1 Juin - 16:00

    HAN !!

    ça veut dire que les autres ils comptent pour du boudin ?!! Sale gosse !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miss Grace E. Beckett♥ LA DAME DE COEUR

« Inscrit(e) le » : 30/05/2010
« Parchemins enregistrés » : 27
« Where are you ? » : ... where I'm
« RP Age » : 25 ans
« Quote » :
# Miss Grace E. V. Beckett
"Telling a woman you like her clothes is not lying. It's self-preservation"



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
:
« Profession Exercée »
:
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: † Miss Grace E. Beckett †   Mar 1 Juin - 18:05

Haaaan mais naaaan é_è c'était pour m'avoir validée

Je vous aime aussiiiii
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lady Elvira L. G. GreyG O V E R N O R; ♣ « despote & politicienne manipulatrice »

« Inscrit(e) le » : 17/08/2009
« Parchemins enregistrés » : 624
« Where are you ? » : quelque part derrière mon arc-en-ciel, à jeter des fleurs partout où je passe. peace&love.
« RP Age » : twenty-nine years old. (she's not a old lady)
« What do you want ? » : un coeur. *sbaf*
« Quote » :
    'In order to get power and retain it, it is necessary to love power; but love of power is not connected with goodness but with qualities that are the opposite of goodness, such as pride, cunning and cruelty.' - cf. Leo Nikolaevich Tolstoy (quotation)



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Winners.
« Profession Exercée »
: Dictator Governor of Port Royal | Beckett's Assistant
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: † Miss Grace E. Beckett †   Mar 1 Juin - 18:14

    T'es chou Gracinouchette, on t'aime aussi !


    Cutler nous fait une crise de jalousie aigüe, mwahaha, XD





    "The way you held me, I knew that this could be. What I've been waiting to find. Darling, look at me, I've fallen like a fool for you ; darling, can't you see, I'd do anything you want me to. I tell myself I'm getting in to deep, then I fall a little farther every time you look at me."
      |LOOK AT ME - CARRIE UNDERWOOD|

    Spoiler:
     
    [/center]
Revenir en haut Aller en bas
http://against-the-world.highbb.com
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: † Miss Grace E. Beckett †   Mar 1 Juin - 18:33

C'est moi au le Cutler est jaloux de toute les femmes du Forum ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: † Miss Grace E. Beckett †   

Revenir en haut Aller en bas
 

† Miss Grace E. Beckett †

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
:: AGAINST THE WORLD :: :: 
:: AU DELA DU BOUT DU MONDE ::
 :: — don't wait to make your character » :: « Fiches Validées »
-