AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De vieilles légendes circulent à présent dans les plus sombres ruelles de certaines villes. A Tortuga, les vieux ivrognes témoignent de leur engouement à en savoir bien plus que les autres ; certains parlent, bien trop. Quelque part en mer, se trouve une île, habitée ou non, nul ne le sait. Une seule chose reste certaine, c'est qu'elle reste protégée par un grand navire avec des voiles noires; s'étant comme figé dans le temps. Un équipage maudit et obligé de rester aux bords de cette île, à faire ce devoir, celui de la défendre d'opportuns visiteurs et autres petits curieux.

On raconte qu'ils seraient possédés, maudits ; que la déesse des mers elle-même les auraient condamnés à cette éternelle vie, uniquement consacrée à ce même et lancinant devoir. Les rares personnes s'étant approchés de cet endroit, n'en sont jamais revenus pour le prouver. La Fontaine de Jouvence existe-t-elle réellement?


Une carte mènerait à ce fameux secret, une carte que possèderait le capitaine Jack Sparrow. (more?)

FORUM'S THEME

Thanks to Steyda (Gabriel).
THE STAFF


DÉBUT FÉVRIER 2010 - ouverture du forum, AGAINST THE WORLD.

NEWS DU CINQ MARS 2010 - le forum change de design pour adopter le numéro deux, what we fighting for.
 
NEWS DU VINGT-HUIT MARS 2010 - en cette fin de mois et pour fêter la venue du mois d'avril, la troisième version all we need est mise en place ; n'hésitez pas à donner votre avis sur la troisième version ici même, (:

NEWS DU NEUF AVRIL 2010 - un recensement à été mis en place, et tous les membres sont conviés à signaler leur présence à cet endroit. Pour continuer sur une note plus joyeuse, un concours prévoyant l'emblème de la chronique mensuelle d'ATW est officiellement lancé dans la galerie artistique du forum ; que vous pourrez retrouver en lien direct ici-même; =D Bon courage à tous!

NEWS DU PREMIER MAI 2010 - le forum change de nouveau de design pour adopter sa quatrième version, be prepared ; (:

NEWS DU DEUX MAI 2010 - le recensement du forum étant terminé, les membres ne s'étant pas manifestés ont été supprimé.

NEWS DU VINGT-DEUX JUIN 2010 - nouveau design mit en place, ce dernier en est à sa cinquième version, all i ever wanted is war.

NEWS DU PREMIER OCTOBRE 2010 - après un hiatus, le forum reviens parmi nous, avec une nouvelle version du design (world domination, one step at a time), ainsi qu'une intrigue (inscriptions à cet endroit) ! bon jeu à tous ! /o


/ INSCRIPTIONS A L'INTRIGUE :
« Caribbean Thunder! »

BE FRIEND MORE ?


     

Partagez | 
 

 When The Night Comes • Pv Sydney [FINISH]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Sydney S. HopksDécédée : elle est là, elle nous hante...

« Inscrit(e) le » : 07/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 395
« Where are you ? » : Port Royal
« RP Age » : 28
« What do you want ? » : Vivre sanss survivre dans cette ville maudite
« Quote » :
WALK ALL OVER ME


ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Bien trop génante pour vous! Je suis marchande de plaisir!
« Profession Exercée »
: Tous!
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: When The Night Comes • Pv Sydney [FINISH]   Ven 19 Mar - 5:58


    Elle avait rivé son regard dans celui du Lord. Elle ne savait pourquoi, mais elle n’arrivait pas à le décrocher de lui. Elle l’appréciait, c’était certain. Avec douceur elle raffermi encore un peu plus sa prise derrière la nuque de Stamford tout en continuant a danser. Ils n’étaient pas les seuls a tournoyer ainsi aux rythmes de la musique ; plusieurs couples, a l’intérieur cependant, avaient a leur tour décidé de valser dans le but de passer un bon moment, de se rapprocher de son partenaire et d’oublier, le temps de trois ronds de jambes, ce qu’il se passait réellement dans leur vie. C’était d’ailleurs peut être un peu pour cela qu’elle avait demandé a Stamford de l’accompagner danser. Même s’il lui avait tenu compagnie a merveille pendant pratiquement toute la soirée, Sydney ne pouvait s’empêcher de penser encore légèrement au rêve qu’elle avait un peu plus tôt. Elle avait tué son frère, l’homme pour qui elle ferait tout et n’importe qui ; l’homme pour qui elle avait en quelque sorte sacrifié sa liberté.
    Elle était donc doucement entrain de valser sur la terrasse d’un des restaurants les plus chers et les plus réputés de Port Royal, dans les bras d’un Lord. Si elle avait été dans l’optique de travailler ce soir la, ses yeux auraient reflété l’argent avec une douce folie ; mais elle n’était absolument pas la pour ca ; pas ici, et surtout pas avec lui. Il lui avait sauvé la mise et lui permettait de passer une soirée des plus agréables, loin de l’hypocrisie et des relations ambigües dont elle avait bien trop l’habitude. Quelque chose en lui l’attendrissait et lui donnait envie d’être parfaitement honnête, ne cachant rien et se comportant tel qu’elle était réellement, sans artifice ni paillettes. Sydney ne voulait pas lui plaire en réalité ; ou tout du moins, elle ne voulait pas le séduire.
    Durant les quelques instants qu’ils avaient passé ensemble, Stamford avait fait preuve de misanthropie, mais pas à son égard ; bien au contraire, avec la jeune femme, il avait été des plus charmants, à la limite du bavard. Il l’avait fait rire, et ce a plus d’une reprise, ce qui ne pouvait être la preuve que de bonnes choses.
    Le Lord sourit avec une certaine reconnaissance sur le visage. En réponse, Sydney sourit à son tour avant de faire courir un instant un de ses doigts sur la nuque de l’homme. Elle détourna ensuite son regard un instant afin de regarder l’intérieur du restaurant. Les couples étaient toujours entrain de tournoyer sur le parquet brillant, à l’exception d’un homme. Celui-ci était entrain de se frayer un chemin, d’une manière peu délicate, à travers les danseurs. Quelques secondes plus tard, il faisait claquer la porte sèchement. L’homme qu’elle craignait de rencontrer avait a présent déserter les lieux, laissant la jeune prostituée libre de ses mouvements.

      Et si je ne voulais pas, ça serait un problème ? Il avait affiché un immense sourire sur les lèvres qui fit pouffer doucement l’égyptienne. Si cela posait un problème… Absolument pas, au contraire même. Car je ne crois pas avoir suggérer que je voulais vous voir vous éclipser à la seconde même où votre "ami" serait partit. Ah ; il avait retrouvé son ton rempli de cynisme. De plus je n'ai pas réellement envie de mettre fin à notre rencontre...


    Sydney sourit et replongea entièrement son regard dans celui de son cavalier juste avant de prendre, pour quelques instants, les commandes de leur danse, afin de les éloigner un peu plus de la salle, et de les rapprocher de la fin de la terrasse.

      Je voulais juste me montrer digne de votre confiance Stamford ; je vous avais dit que lorsque mon… Ami comme vous le dites si bien, serait parti, je vous rendrai votre tranquillité ; et il vient de partir. Elle fit une pause avant de baisser légèrement la voix. Mais si vous ne vouliez pas que je parte, ou tout de suite tout du moins, je n’y vois absolument aucun inconvénient… Je suis prête à supporter votre mauvais caractère et votre non-fréquentabilité encore un petit moment. Elle laissa un léger sourire flotter sur ses lèvres avant de reprendre doucement. Une petite question me trotte dans la tête depuis un bon petit moment à vrai dire… Est-ce indiscret de vous demander en quoi consiste votre mission a Port-Royal ? C’est la première fois en quatre ans que j’entends qu’un haut membre de la Navy se déplace d’Angleterre jusqu’ici…




Frak me, but respect me. I'm not that girl....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: When The Night Comes • Pv Sydney [FINISH]   Dim 21 Mar - 8:28

La jeune femme venait de replonger son regard intense dans celui de son interlocuteur toujours aussi surpris dès qu'il advenait de croiser ce regard de braise qu'elle lui adressait. C'était tout de même une expérience assez particulière que cette rencontre, c'était une première même depuis quelques mois qu'il n'avait pas eut une conversation aussi sereine avec une interlocutrice. En tête à tête qui plus est. Là, il n'y avait personne pour venir le couper dans son échange avec la jeune femme, si on oubliait l'imbécile de William qui avait crut bon de venir lui flatter une fois de plus son égo. Personne pour y participer réellement non plus, juste elle et lui, le tout dans une bonne ambiance et presque une confiance. Pourtant, sa confiance était loin d'être accordée, il ne l'accordait pas pour un sourire ou suite à une conversation agréable, tout comme elle ne lui faisait pas tout à fait confiance non plus. Il avait toujours été aussi suspicieux envers les hommes, mais et surtout les femmes. Ce n’était pas les connaissances et relations qui manquaient pourtant, mais il n'avait pas pour autant la moindre confiance et il trouvait toujours un moyen de le justifier. Plus ça avait de l'ambition et du pouvoir, plus ça le mettait sur ses gardes certaines, comme les hommes étaient prêtes à tout. Comme Elvira par exemple, qui décidément, ces derniers temps était devenu son objets d'étude préféré et la comparait sans arrêt à n'importe quelle situation. Chose tout a fait intrigante d'ailleurs.

Pour en revenir au regard de son interlocutrice, qu'il n'avait pas quitté au cours de sa réflexion, il y avait quelque chose de particulier. Une détermination qui n'était pas celle qu'il lisait habituellement et une attention qu'elle lui portait, qui n'était pas forcément quelque chose qu'elle se permettait dans l'exercice de ses fonctions. Ils étaient peut-être deux exceptions pour ce soir, ce qui rendait la situation bien plus intéressante. Sydney avait certes raconté son voyage, exprimer sa volonté de repartir, mais quelque chose semblait la retenir, pas forcément contre son grès, mais qui justifiait sa présence sur l'île. Elle pris les commandes de leur danse pour les éloigner un peu plus sur la terrasse, il suivit le mouvement sans broncher et elle finit par reprendre la parole,
    _ Je voulais juste me montrer digne de votre confiance Stamford ; je vous avais dit que lorsque mon… Ami comme vous le dites si bien, serait parti, je vous rendrai votre tranquillité ; et il vient de partir. Il eu un léger sourire, la confiance, il avait surtout compté sur la parole de la jeune femme. Mais si vous ne vouliez pas que je parte, ou tout de suite tout du moins, je n’y vois absolument aucun inconvénient… Je suis prête à supporter votre mauvais caractère et votre non-fréquentabilité encore un petit moment. »
Il éclata de rire, c'était la meilleure celle-là, c'était pas lui qui avait demandé sa présence, elle partait quant elle voulait. Lui, il avait juste précisé que si elle ne voulait pas partir tout de suite, il n'en avait que faire. Il répondait à sa question. Son mauvais caractère et le fait qu'il n'était pas la meilleure personne à fréquenter, semblaient amuser la jeune femme. Ce qui était, une fois de plus une première, car c'était très rare, a part Diane et Meredith, qui arrivaient à le supporter et mettre des limites. Aucune femme, n'était réellement prête à pouvoir l'avoir plus longtemps dans les parages quant elles pouvaient s'en débarrasser. Il était bien curieux de savoir ce qui pouvait plaire à la jeune femme. On racontait qu'il aimait tout particulièrement être détestable et détesté, c'était en partit vrai, tout dépendait des personne et généralement quand quelqu'un se montrait prêt à le supporter, ça l'intriguait plus qu'autre chose. Ce fut cependant Sydney qui posa une question en première,
    _ Une petite question me trotte dans la tête depuis un bon petit moment à vrai dire… Est-ce indiscret de vous demander en quoi consiste votre mission a Port-Royal ? C’est la première fois en quatre ans que j’entends qu’un haut membre de la Navy se déplace d’Angleterre jusqu’ici…»
Il eu un sourire amusé. C'est vrai qu'il était le premier représentant de la Navy à venir en Jamaïque, la Compagnie des indes envoyé régulièrement ses représentants, le dernier avait assez bousculé les choses en vérité. Beckett et sa politique totalitaire, comme celle d'Elvira finalement, c'est d'ailleurs aussi pour cela qu'il était ici, pour garder un œil sur les faits et gestes de la compagnie et leur action au sein des affaires de la Navy ou de la politique du gouverneur de la ville. Il y avait des limites et le représentant de l'EITC s'était permis de les franchir plus que nécessaire. Ainsi, ils avaient demandait a Stamford, en plus de sa mission pour la Navy, de vérifier qu'ils connaissaient leur place. Ce n'était pas si évident sous un premier regard a froid. Il adressa un sourire amusé à son interlocutrice,
    _ Vous semblez bien au courant ma chère... C'est en effet la première fois que la Navy envois un de ses représentant ici. Généralement c'est à Charlestown que nous sommes envoyés pour la zone Caraïbes. Il marqua une pause, pensif. La Floride avait toujours à côté attachant. Mais si je suis venu ici, c'est d'abord dans le cadre de pacifier les relations entre les membres de la Marine Royale et les soldats de la Compagnie. Tâchant de recentrer les membres de cette dernière sur leur intérêt économique avant de se soucier de la lutte contre la piraterie. Qui... Avant la charmante intervention du Lord Becket, s'avère être du domaine de la Navy. Le souci de la Compagnie de savoir et connaitre la manière dont s'implique ses représentants dans cette lutte et la politique de l'île. De l'espionnage en clair. Si on l'analyser à froid. Mon premier constat, malheureusement, est que le gouverneur semble se permettre certaine chose, oubliant ses devoirs et oubliant aussi la marine au profit de la compagnie. »
De l’espionnage, de la politique, tout ce que n’aimait pas toucher du doigt Stamford qui avait sentit le traquenard bien avant qu’il n’arrive et surtout c’était plus un défi qu’une simple mission. Ce qui lui échappait c’était que les majors avaient accepté ce genre de mission. Enfin, il avait été plus surpris, voir un peu déçu d’autorisé la compagnie user de la police de la marine s’occuper de ce genre de situation. Enfin, il s’était jeté dans la gueule du loup, il n’avait plus qu’à jouer le jeu jusqu’au moment qui pourrait trahir ses adversaires.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sydney S. HopksDécédée : elle est là, elle nous hante...

« Inscrit(e) le » : 07/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 395
« Where are you ? » : Port Royal
« RP Age » : 28
« What do you want ? » : Vivre sanss survivre dans cette ville maudite
« Quote » :
WALK ALL OVER ME


ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Bien trop génante pour vous! Je suis marchande de plaisir!
« Profession Exercée »
: Tous!
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: When The Night Comes • Pv Sydney [FINISH]   Mar 23 Mar - 5:58


Son corps fut parcouru d’un léger frisson. Elle avait froid, ou tout du moins, une bourrasque de vent lui avait donné froid. Avec lenteur elle serra légèrement plus contre Stamford et continua a danser ; cela allait la réchauffer. Elle ne détachait pas son regard de lui et voyait que lui non plus n’arrivait pas à la quitter du regard. Cela l’amusait légèrement, elle savait qu’en elle, seul son regard pouvait paraître intimidant, mais elle ne pensait pas que l’homme puisse être à un seul moment alarmé. Il semblait tout prévoir et tout savoir avant que cela se déroule. Elle sentait que dans ses yeux s’était allumée une petite lueur de tendresse et de chaleur. Pour l’instant son attention était entièrement rivée sur le Lord, et c’était une chose rare ; avec les hommes en tout cas. La jeune Égyptienne ne voulait pas que cette soirée prenne fin comme tant d’autre déjà, quand elle glisserait un bon nombre de pièce dans la petite bourse qu’elle maintenait sur sa cuisse, et cela pouvait se lire en elle.
Tous deux dansaient et parlaient, faisant croire au monde qui les observait qu’ils pouvaient être des amis de longue date. Mais rien de tout cela n’était vrai. Même si les deux jeune gens dansaient, riaient, parlaient et qu’une sorte de climat d’intimité c’était créé ; la confiance était bien loin d’être présente. Stamford, comme il l’avait dit, était misogyne et ne semblait pas être de ceux qui vidaient leur cœur après une tendre caresse. Quant a Sydney, elle tendait l’oreille, mémorisant chacune des paroles de son interlocuteur, triant méticuleusement ce qu’elle garderait tu a jamais pour elle, et ce qu’elle glisserait discrètement dans une conversation avec Elvira.

    Vous semblez bien au courant ma chère... La jeune femme sourit amusée. Elle était très souvent au courant de tout ce qui pouvait se passer. Son second métier d’espionne au service de Lady Grey avait bien évidemment quelque chose à voir avec cela, mais lorsque l’on passait dans les lits de toute la ville, il était bien évident que certaines langues se déliaient. C'est en effet la première fois que la Navy envois un de ses représentant ici. Généralement c'est à Charlestown que nous sommes envoyés pour la zone Caraïbes. Ça elle n’en savait rien. A vrai dire elle ne s’était jamais vraiment intéressée à la Navy, et elle n’avait jamais mis le pied à Charlestown. Mais si je suis venu ici, c'est d'abord dans le cadre de pacifier les relations entre les membres de la Marine Royale et les soldats de la Compagnie. Ah ? Voilà qui était intéressant. Tâchant de recentrer les membres de cette dernière sur leur intérêt économique avant de se soucier de la lutte contre la piraterie. Qui... Avant la charmante intervention du Lord Becket, s'avère être du domaine de la Navy. La jeune femme partit dans un éclat de rire franc. Le souci de la Compagnie de savoir et connaitre la manière dont s'implique ses représentants dans cette lutte et la politique de l'île. Mon premier constat, malheureusement, est que le gouverneur semble se permettre certaine chose, oubliant ses devoirs et oubliant aussi la marine au profit de la compagnie.


Sydney pouffa. Cet homme était véritablement incroyable et avait tout compris. Elle lui sourit doucement et ne dit rien pendant quelques minutes, laissant la musique, qui finissait, prendre possession, une dernière fois de son corps. Lorsque les notes s’arrêtèrent, la jeune Égyptienne sourit avec tendresse avant de lâcher la nuque du Lord et de s’éloigner d’un petit pas. Une fois qu’elle l’eut remercié d’une petite révérence, elle se tourna vers la vue de Port Royal et se perdit dans sa conversation. Elle sentait la présence de Stamford à ses cotés, mais elle ne le voyait plus,

    Vous disiez que je semble bien au courant… C’est un peu le cas… J’ai crée des relations durant ces années, et mon métier est aussi la porte ouverte aux confidences… Elle fit une longue pause. Port-Royal est une ville magnifique Stamford. J’y habite depuis quatre ans… Et j’ai vu les choses changées ; en bien, comme en mal. Il y a quatre ans ce n’était pas une ville importante, loin de la, nous avions un gouverneur, et quelques soldats c’est tout. Et puis peu à peu la compagnie est arrivée. Le seule changement qui en a découlé, c’est que la ville a grandit ; les attaques pirates ont redoublé et la Navy partait a leur recherche…. Mais comme vous le dites si bien.. Il est arrivé… Malgré le fait qu’elle adorait Elvira Grey, Sydney avait toujours eut du mal avec Lord Becket, et évitait de prononcer son nom ; c’était sa façon particulière de lui témoigner son mépris. Et le gouverneur Swann est mort ; on l’y a aidé si vous voulez mon opinion… Port-Royal est devenue une ville attaquée par les pirates monsieur, parce qu’ils sont cherchés et traqués par les dirigeants de notre ville ; et tous sans exception sachant qu’ils sont tous, plus ou moins liés…


Et oui, on pouvait avoir des amis mais ne pas pour autant apprécier ce qu’ils faisaient ; et c’était le cas de Sydney qui détestait les pendaisons a la chaine, le traquage permanent des pirates, mettant en danger les concitoyens de l’ile ; mais ce qu’elle détestait par dessus tout, c’était la sensation de dépendance qu’elle avait de la Compagnie des Indes.
La jeune femme soupira avant de se remettre face a Stamford, un immense sourire aux lèvres.

    Excusez moi, je ne sais pas si que m’a prit de vous raconter tout cela. J’ai du vous ennuyer a mourir avec mes petites histoires. Elle agrandit un peu plus son sourire. Je ne suis pas particulièrement informée sur ce sujet mais…. La guerre qui s’est déroulée il y a peu de temps entre la compagnie et les pirates… A-t-elle fait de nombreux dégâts ? Je veux dire… A Londres ?




Frak me, but respect me. I'm not that girl....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: When The Night Comes • Pv Sydney [FINISH]   Mar 30 Mar - 13:34

_ [...] Et le gouverneur Swann est mort ; on l’y a aidé si vous voulez mon opinion… Port-Royal est devenue une ville attaquée par les pirates monsieur, parce qu’ils sont cherchés et traqués par les dirigeants de notre ville ; et tous sans exception sachant qu’ils sont tous, plus ou moins liés… » Un léger sourire satisfait se dessina sur les lèvres de Stamford alors que son regard continuait à observait les faibles lueur qui venait de la ville. La jeune femme marquait un point, plus ils étaient cherchés, plus ils venaient en ville, attaquant celle-ci, dans l'espoir de faire céder la compagnie qui, obstinée comme pas possible frappait toujours plus fort, resserrant leur politique. Les citoyens devenant les victimes autant de la piraterie que de la politique totalitaire qui perpétuait à Port Royal. Lorsque la jeune femme lui confia qu'elle était certaine qu'on avait aider pour la mort du gouverneur, elle ne pouvait pas tomber plus juste, mais une fois de plus, l'affaire avait été étouffer, le tout se perdant dans l'administration. Le monde du pouvoir, plus les années passaient, plus il avait la sombre impression qu'il ne pouvait jamais échapper à ce genre de magouille politique auquel il avait espéré échapper en rejoignant une police qui s'occupait uniquement des dossiers de la marine. Il avait rapidement déchanté, découvrant qu'il s'était plongé en plein dans les intrigues de ce genre, en particulier dû au lien étroit et compliquer qu'ils avaient avec la compagnie des Indes anglaise. Personne ne pouvait tout simple se contenter de faire son travail, de rester à sa place. Non, la compagnie avait décidée de prendre les devants et en prime de se mêler de l'administration des colonies et des affaires de la marine. Oubliant son rôle purement économique.

Ce que lui dis la jeune femme, ne le surpris pas réellement, après tout, il avait cerné ce qu'elle faisait et il avait une petite idée aussi de ce qu'elle pouvait faire en plus. On se confie à elle, on parle. Confession sous les draps, tout ce qu'il fallait pour certaine personne d'en profiter, elle, elle n'en ferait rien. De plus, en fonction des personnes, la jeune femme devait très certainement choisir d'oublier ou non certaines informations. Chacun sa manière de survivre, de toute façon, il serait mal venu de reprocher quoi que ce soit à Sydney ou même se permettre de mal se comporter. Tous les hommes étaient des salauds, des porcs... Enfin, la plupart, une dame était une dame et malgré sa misogynie, il avait toujours appris à respecter les femmes. A quelques exceptions prêt, mais il n'était pas non plus, quelqu'un qui se plié devant la première qui avait un sentiment de supériorité, il la ferait rapidement descendre du piédestal. Un pied d'égalité avec lui. Ou presque, il s’était légèrement tourné vers elle lorsqu’elle lui avait parlé de Beckett, mépris, voir pire, il ne pouvait que l’encourager, il ne le supporter pas non plus. Mais avait plus de facilité avec lui qu’avec Elvira ou d’autre. Sydney, toujours aussi rayonnante et souriante repris de nouveau la parole.
_ Je ne suis pas particulièrement informée sur ce sujet mais…. La guerre qui s’est déroulée il y a peu de temps entre la compagnie et les pirates… A-t-elle fait de nombreux dégâts ? Je veux dire… A Londres ? Le sourire du lord s'agrandit un peu plus.
_ Non, Londres n'est même pas concerné directement par ce conflit, on s'inquiète plus de la lutte contre la marine royale française. Pour les colonies en particulier. De plus, Londres à ses propres criminel, n'ayant pas besoin de rajouter les pirates dans la liste. »
C'est vrai qu'il y avait tout de même assez à faire avec les criminels de la Capitale, il n'y avait pas non plus besoin de rajouter des dégâts par l'attaque de pirates. De toute façon ces derniers, généralement anglais d'origine, ne venaient pas se risquer sur les côtes d'Angleterre, préférant la méditerranée, les Caraïbes et les mer d'Asie du Sud Est. Pour avoir voyager et travailler dans toutes les zones sensibles de la piraterie et des comptoirs de la compagnie des Indes, le lord savait ce qu'il affirmait. Il avait toujours crut que c'était un véritable problème, liées aux colonies et leur richesse au niveau des ressources, pas uniquement avec le sentiment de liberté ou des mutineries. En effet, on pouvait compter aussi tous les voleurs qui rejoignent des équipages de personnes aux réputations douteuses. La piraterie, c'était les exclus de la société, ces hommes et femmes incapable de s'intégrer à une image que la société faisaient d'eux. Perdu dans ses pensées, il ne fit pas attention à l'inconnu qui venait d'arriver sur la terrasse et se racla la gorge pour signaler sa présence à Sydney et le lord.
_ Monsieur ? Le lord se tourna vers le nouveau venu, levant un sourcil.
_ Bartholomew. Permettez moi de vous présenter Miss Sydney Hopks, Sydney, je vous présent Bartholomew Roberts, commandant sur le HMS Black Joke... Vous avez rencontré des problèmes ? Le marine fit un baise-main à la jeune femme, lui adressant un léger sourire timide avant de se tourner vers Hobbes qui avait repris une voix autoritaire,
_ Non monsieur, c'est le capitaine Wight qui souhaite s'entretenir avec vous. Répondit son interlocuteur sans hésitation, ni intimidé par le ton soudain sévère du brigadier. Lâchant un soupire, ce dernier se massa le front,
_ Très bien, je vous retrouve à l'extérieur alors. Son visage s'était légèrement assombrit, se demande ce que pouvait bien lui vouloir Tomas à une heure pareille. Par réflex, il avait sortit sa montre de sa poche avant de lever les yeux vers Sydney. Son visage s'illumina de nouveau, passant une main dans ses cheveux en lui adressant un sourire sincère. Ce fut un plaisir Miss Hopks. Vous avez été d'une charmante compagnie. Il lui fit de nouveau un baise-main avant de rajouter, dans un sourire malicieux, baissant légèrement la voix. Mes amitiés à votre cher gouverneur. »
La remarque, cynique à souhait, en disait long sur le fait qu’il avait très bien compris la situation. Il n’avait rien rajouter, pour démontrer qu’il avait au moins confiance envers Sydney pour garder pour elle certaines information. A tort peut-être, mais il préférait la quitter sur une note d’optimisme et de compliment qui invitait la jeune femme à venir le voir en toute occasion. Il lui adressa un léger hochement de tête avant de récupérer sa veste et quitter la terrasse. Une fois à l’extérieur, il retrouva le commandant et le capitaine qui discutaient. D’un même pas, il quittèrent les lieux, vers le Port.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sydney S. HopksDécédée : elle est là, elle nous hante...

« Inscrit(e) le » : 07/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 395
« Where are you ? » : Port Royal
« RP Age » : 28
« What do you want ? » : Vivre sanss survivre dans cette ville maudite
« Quote » :
WALK ALL OVER ME


ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Bien trop génante pour vous! Je suis marchande de plaisir!
« Profession Exercée »
: Tous!
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: When The Night Comes • Pv Sydney [FINISH]   Jeu 1 Avr - 23:58


Les yeux de Sydney, tout comme ceux de Stamford, s’étaient plongés dans une observation détaillée des lueurs de la ville. La jeune femme avait beau connaître Port-Royal comme sa garde-robe, elle ne se lassait jamais de contempler un tel spectacle. Ce qu’elle aimait tout particulièrement, et qui était légèrement visible de la terrasse du restaurant ; c’était le reflet des rares torches présentent sur la plage, sur l’eau, si noir de l’océan. Doucement la jeune femme termina son petit monologue et tourna la tête vers Stamford et lui adressa un sourire, qui trouva assez rapidement sa réfection sur le visage du Lord.

    Non, Londres n'est même pas concerné directement par ce conflit, on s'inquiète plus de la lutte contre la marine royale française. Les préoccupations n’avaient donc pas changé depuis son départ de la capitale. Que les choses étaient lentes et parfois sans issues ! Elle ne put pourtant s’empêcher de sourire légèrement à cette nouvelle ; elle avait des affaires et des amis à Londres qu’elle n’aurait pas aimé perdre pour un conflit de pirates. Pour les colonies en particulier. La jeune femme hocha légèrement la tête, elle n’était que trop au courant de ca. De plus, Londres à ses propres criminel, n'ayant pas besoin de rajouter les pirates dans la liste.
    Sydney pouffa de bon cœur. Ahhh Londres et ses mille soucis…. On les oubli très rapidement une fois que nous avons quitté la ville.


Ces yeux se plongèrent doucement dans le passé. Ce fut véritablement lorsqu’elle habitait au cœur de la capitale anglaise que les problèmes qu’on ne trouvait que là-bas, lui était tombés dessus. Elle ne pouvait généralement pas faire un pas dehors, que ce soit le soir ou la journée, sans se méfier des voleurs et des tueurs. Londres était une ville de cauchemars ; et tous le savaient. La demoiselle secoua plus vigoureusement sa tête ; elle ne voulait plus penser à son passé ce soir ; elle l’avait déjà bien trop fait.
A ce moment la, un homme se gratta, peu discrètement, la gorge derrière eux, Sydney sursauta et se retourna assez rapidement.

    Monsieur? En voila encore un qui connaissait Stamford. A croire que tous ces “amis” s’étaient donnés rendez-vous au même endroit.
    Bartholomew. Permettez moi de vous présenter Miss Sydney Hopks.Celle-ci sourit avec plaisir, détaillant légèrement au passage le nouvel arrivant. Sydney, je vous présent Bartholomew Roberts, commandant sur le HMS Black Joke... Vous avez rencontré des problèmes?


Le jeune homme attrapa avec timidité la main de la demoiselle et lui fit un baisemain, sous les yeux rieurs, et le sourire charmeur de celle-ci. Elle n’avait tout de même pas pu s’empêcher de remarquer que le ton de voix du Lord s’était fait beaucoup plus sec et rude a l’arrivée du dénommé Bartholomew

    Non monsieur, c'est le capitaine Wight qui souhaite s'entretenir avec vous.
    La réponse qu’il fournit prouva a Sydney que l’équipage de ce navire, peut être celui du Lord, devait fortement avoir l’habitude de ce ton employé. Très bien, je vous retrouve à l'extérieur alors.


Le visage de Stamford c’était assombri. Ce n’était pas bon signe. En voyant qu’il la regardait de nouveau, Sydney sourit doucement avant de saluer d’un signe de tête le jeune Bartholomew qui filait, plus rapide que la lumière, à l’extérieur du restaurant. Elle reporta ensuite toute son attention sur son compagnon de soirée qui s’apprêtait à lui baiser la main.

    Ce fut un plaisir Miss Hopks. Vous avez été d'une charmante compagnie. Sa voix était redevenue comme avant. Mes amitiés à votre cher gouverneur.


Sydney partit immédiatement dans un immense éclat de rire. Décidément, il lui aurait fait passer une merveilleuse soirée jusqu'à la toute dernière minute. Il avait deviné, sans trop de problèmes, les relations qu’elle entretenait avec Elvira; le contraire l’aurait d’ailleurs déçut.

    Je n’y manquerai guère monsieur ; mais je doute qu’elle prenne vos salutations aussi bien que moi ! Merci encore une fois de m’avoir sauver la soirée. Elle lui sourit doucement et s’inclina légèrement. Ce serait un véritable plaisir que de vous recroiser !


Elle le regarda quitter a son tour le restaurant. Un long soupire s’échappa de ses lèvres. Doucement elle retourna s’asseoir à la table qu’elle occupait, quelques instants plutôt avec Stamford avant de finalement partir a son tour. Elle était prête à se rendormir.




Frak me, but respect me. I'm not that girl....
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: When The Night Comes • Pv Sydney [FINISH]   

Revenir en haut Aller en bas
 

When The Night Comes • Pv Sydney [FINISH]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
:: AGAINST THE WORLD :: :: 
:: Rp•I GOT NOTHING TO FEAR IN THIS CITY ::
 :: — port-royal, the dangerous » :: « les restaurants »
-