AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
De vieilles légendes circulent à présent dans les plus sombres ruelles de certaines villes. A Tortuga, les vieux ivrognes témoignent de leur engouement à en savoir bien plus que les autres ; certains parlent, bien trop. Quelque part en mer, se trouve une île, habitée ou non, nul ne le sait. Une seule chose reste certaine, c'est qu'elle reste protégée par un grand navire avec des voiles noires; s'étant comme figé dans le temps. Un équipage maudit et obligé de rester aux bords de cette île, à faire ce devoir, celui de la défendre d'opportuns visiteurs et autres petits curieux.

On raconte qu'ils seraient possédés, maudits ; que la déesse des mers elle-même les auraient condamnés à cette éternelle vie, uniquement consacrée à ce même et lancinant devoir. Les rares personnes s'étant approchés de cet endroit, n'en sont jamais revenus pour le prouver. La Fontaine de Jouvence existe-t-elle réellement?


Une carte mènerait à ce fameux secret, une carte que possèderait le capitaine Jack Sparrow. (more?)

FORUM'S THEME

Thanks to Steyda (Gabriel).
THE STAFF


DÉBUT FÉVRIER 2010 - ouverture du forum, AGAINST THE WORLD.

NEWS DU CINQ MARS 2010 - le forum change de design pour adopter le numéro deux, what we fighting for.
 
NEWS DU VINGT-HUIT MARS 2010 - en cette fin de mois et pour fêter la venue du mois d'avril, la troisième version all we need est mise en place ; n'hésitez pas à donner votre avis sur la troisième version ici même, (:

NEWS DU NEUF AVRIL 2010 - un recensement à été mis en place, et tous les membres sont conviés à signaler leur présence à cet endroit. Pour continuer sur une note plus joyeuse, un concours prévoyant l'emblème de la chronique mensuelle d'ATW est officiellement lancé dans la galerie artistique du forum ; que vous pourrez retrouver en lien direct ici-même; =D Bon courage à tous!

NEWS DU PREMIER MAI 2010 - le forum change de nouveau de design pour adopter sa quatrième version, be prepared ; (:

NEWS DU DEUX MAI 2010 - le recensement du forum étant terminé, les membres ne s'étant pas manifestés ont été supprimé.

NEWS DU VINGT-DEUX JUIN 2010 - nouveau design mit en place, ce dernier en est à sa cinquième version, all i ever wanted is war.

NEWS DU PREMIER OCTOBRE 2010 - après un hiatus, le forum reviens parmi nous, avec une nouvelle version du design (world domination, one step at a time), ainsi qu'une intrigue (inscriptions à cet endroit) ! bon jeu à tous ! /o


/ INSCRIPTIONS A L'INTRIGUE :
« Caribbean Thunder! »

BE FRIEND MORE ?


     

Partagez | 
 

 Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Cpt. Gabriel L. EideardCaptain ° seek the truth in blood

« Inscrit(e) le » : 18/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 286
« Where are you ? » : Là où les vents et les courants l'emporte
« RP Age » : 38 ans
« What do you want ? » : Il y a des personnes sur ses Mers qui doivent périr ...
« Quote » :

    " Un homme a toujours le droit de se venger, si peu que ce soit ; la vengeance est bonne pour le caractère ; d'elle naît le pardon. "



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Pirate
« Profession Exercée »
: For me ... and the piracy
« Relationnel »
:
MessageSujet: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Sam 20 Fév - 23:46








    A la faveur de la nuit, même à Port Royal, des âmes indésirables peuvent poursuivre leur but. Ainsi le Capitaine du Cìanalas, recherché activement pour des raisons multiples et variées, entre autre de la piraterie, se mouvait sans trop d'inquiétude entre les points d'amarrages. Bien sur notre homme n'était pas arrivé ici par magie, l'île où se situait Port Royal avait de nombreuse crique et si la marine Britannique se donnait la peine de regarder à ses pieds, elle trouverait dans l'une d'elle un de ses anciens fleuron renommé.
    Des pas qui secouaient allégrement tout un assemblage métallique firent stopper la progression de Gabriel, il fit silencieusement un pas sur le côté et se glissa ainsi dans l'ombre d'un navire marchand. Sur la berge non loin, il eu tout le loisir de voir deux soldats passer, aucun des deux n'eut l'idée de tourner son visage vers le pont et lorsqu'il disparurent notre pirate reprit sa progression. Son ancienne épée d'officier était en bonne place, accroché prêt de ses hanches, mais à ces heures il userait plutôt de la dague qui était totalement dissimulé dans son fourreau collé à son avant bras gauche. Même si ce soir personne ne devrait goûter de ces sœurs aiguisé, il n'hésiterait pas si quelqu'un venait s'interposer entre lui et son objectif. Car bien entendu notre pirate ne venait pas ici en simple touriste, c'était encore et toujours la justice qu'il réclamerait durant son séjour. Il y avait dans cette ville quelqu'un qui devait payer ses actes, lorsque Gabriel l'aurait identifié et localisé ses minutes seraient comptés. Mais pour avoir les informations qu'il convoitait il devait trouver quelqu'un de bavard et de renseigné, alors quoi de mieux que le port pour cela. Les marins étaient comme des commères, il aurait aussi pût essayé les tavernes et autre établissement du genre mais pour l'instant il jouait la prudence. Ses aventures avaient eu un certain impacte sur sa confiance et il savait à présent que l'on pouvait douloureusement payer ses erreurs.
    Arrivé à la fin du pont, Gabriel observa la berge qui s'étendait de part et d'autre, elle était déserte mais éclairé. Bah, qui pouvait le reconnaître ici, notre homme s'engagea donc, sa silhouette droite et sombre s'engagea dans la lumière et ses yeux froid s'animèrent à la lumière des torches. A l'inverse des soldats, notre homme se mouvait dans le silence, tout un art dont il était passé maître depuis quelques années. Il s'approcha d'un premier entrepôt mais au vue de l'obscurité qui y régnait Gabriel préféra continuer sa recherche. Notre homme fit ainsi le tour de plusieurs entrepôt, à croire qu'ils étaient tous parti dans leur tripot car il n'y avait personne. Il c'était arrêté pour réfléchir de la marche à suivre quand ses sens en éveil tirèrent une sonnette d'alarme. Son visage pivota rapidement entrainant le haut du buste. Le regard acier parcourra ainsi d'un air soupçonneux le quais qui se prolongeait derrière lui et qu'il avait parcourut. Mais il ne vit rien même pas un chat. Ah ! Si finalement il y avait un chat, les deux êtres se jaugèrent quelques secondes avant que le félin ne décide de continuer son chemin. Mais un doute persistait dans l'esprit de notre homme, il s'en retourna tout de même et continua sa progression sur la berge.
    Finalement il sembla vouloir changer de secteur car il tourna derrière un entrepôt en direction de Port Royal. Cependant à peine dissimulé dans l'ombre massive du bâtiment, il se blottit derrière un amas de caisse en bois. Ses yeux s'habituèrent à l'obscurité de la nuit retrouvé et il resta là, à attendre quelques choses qui peu être ne viendrait jamais. Mais finalement son oreille exercé repéra le son tant attendu. Il avait été suivit, l'homme avait été assez habile pour se cacher à point nommé mais à ce petit jeu, Gabriel voulait avoir le dernier mot. Ainsi au moment opportun, dans un même mouvement, notre homme bondit, tel un diable, de sa cachette tout en dégainant la dague de son fourreau Profitant de l'effet de surprise et de l'obscurité dont l'individu n'avait pas eu le temps de s'habituer, Gabriel plaqua l'étranger sur une tour de caisse. Son bras gauche bloqua de toute sa force le haut du buste et sa dague vint chatouiller la pomme d'adam de sa victime du soir. Tel est prit qui croyait prendre, le chasseur était à présent la proie.


Dernière édition par Cpt. Gabriel L. Eideard le Dim 28 Fév - 13:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Dim 21 Fév - 5:50

Les derniers rayons du soleil déclinaient sur le port de la capitale de Jamaïque, les couleurs orangée reflétaient dans les pupilles de Stamford Hobbes qui observait le spectacle du coucher de soleil à travers la grande fenêtre de son bureau. Il écoutait d'un air distrait les échanges entre deux de ses collègues de la marine avec un gradé de la compagnie des Indes. Une semaine qu'il était présent dans la ville à présent, il avait vu et entendu beaucoup de choses au cours de débat entre lui, les gradés de la marine et ceux de la compagnie. Il avait passé beaucoup de temps en ville aussi, curieux de connaitre la vie que la population menait dans un rythme imposé par un gouverneur exigeant et autoritaire. Jusqu'à présent, le brigadier avait tenu sa parole auprès de lady Grey, il ne mettrait pas son nom dans sa politique et ses projets tant qu'il ne verrait pas de lien étroit avec celle de la compagnie. Il y en avait un, voir même plusieurs, mais il ne voyait pas l'intérêt de le souligner pour le moment et encore moins d'intervenir dans les affaires de la jeune femme. Leurs relations étaient assez envenimées pour qu'il ne les aggrave qu'un peu plus surtout qu'il n'avait pas besoin de cela pour le faire. Les bras croisés il écoutait l'échange entre les trois hommes, les verres de brandy tintant de temps en temps lorsqu'ils finissaient par se mettre d'accord. Oubliant presque que le lord était présent écoutant les moindre changement de ton dans leur voix, visualisant chacun des mouvements brusque ou vif qu'il pouvait apercevoir d'un coup d'œil. Lâchant un soupire, il se retourna de nouveau vers ses trois invités qui se turent,
    _ Messieurs, si vous n'y voyez pas d'inconvénient je souhaiterais reporter notre discussion. Il se fait tard et nous avons passé toute l'après-midi ici. Vous avez très certainement mieux à faire. »
Insista t-il leur lançant à chacun un regard lourd de sens et de sous-entendu. Les trois hommes échangèrent un regard avant de hoche la tête et de s'éclipser saluant le brigadier. Une fois que la porte fut refermée, Stamford se laissa tomber sur son fauteuil lâchant un soupire, il passa ses doigts sur le bord de son verre de brandy avant de lever les yeux sur la pièce, il avait aménagé son bureau à son goût, des cartes, des livres et un peu de vaisselle, il avait laissé le reste sur le navire. Il n'avait aucune volonté particulière de s'installer complètement dans la ville, l'idée de tout laissé dans le bureau et la maison qu'il occupait ne le rassurait pas réellement. Il ignorait quand il allait repartir, le plus vite serait le mieux, autant pour lui que pour Elle.

Petit à petit l'obscurité prenait le bureau, un homme arriva dans celui-ci pour allumer les bougies, mais le brigadier l'arrêta. Il ne restait pas, ce n'était donc pas la peine, il quitta le bureau à la suite de l'homme et traversa le couloir qui menait vers l'extérieur. Une fois dehors l'air frais de la soirée vint le frapper au visage, il leva les yeux vers la colline, il n'avait aucune volonté particulière de rejoindre sa demeure ou d'aller se montrer dans l'un des restaurants chic de la ville. Il descendit donc vers les demeures qui longeaient le port et la mer, l'activité diminuée doucement, il n'était pas bon de se promener dans les rues la nuit, les rondes de soldat se faisant plus fréquente aussi. Il quitta la ville pour finalement rejoindre les quais du port et les entrepôts, saluant de temps en temps des soldats. L'obscurité avait rapidement envahit les lieux, s'habituant doucement il avait pris un pas beaucoup plus vif et discret afin d'éviter les rondes des soldats bien bavards qui pourraient poser des questions et se faire des idées de sa présence ici.

C'est en continuant son chemin qu'il aperçu une silhouette se détacher de l'obscurité, avant d'y disparaitre à nouveau aussitôt. La curiosité de Stamford le poussa à suivre et imiter avec précision l'ombre, deux soldats postés non loin des quais n'avaient pas remarqué la présence de l'inconnu, pas plus que la sienne lorsqu'ils passèrent à quelques mètres de lui. Il ne se dégagea pas tout de suite de l'endroit qui le couvrait, laissant simplement sa tête dépasser, il aperçu la personne qu'il suivait s'aventurer dans la lumière. Il fronça les sourcils, se disant que l'obscurité et le fait de se retrouver au milieu d'un monde qu'il avait côtoyé lors de sa jeunesse lui jouaient des tours. D'un autre côté, il semblait bel et bien être là, présent, commençant à s'éloigner vers un autre entrepôt. N'ayant pas beaucoup de temps pour réfléchir, il fit la conclusion logique qu'il ne serait certain de ce qu'il pensait en allant vérifier par lui-même. Stamford repartit donc à la filature de l'homme, prudemment afin de se faire discret et le moins menaçant possible. Il le vit disparaitre dans l'ombre d'un bâtiment, il enchaîna le pas, restant attentif au moindre mouvement brusque ou suspect. Pas assez apparemment, d'une vitesse surprenante la personne qu'il suivait le pris par surprise. Il se retrouve plaqué contre une des caisses, bloqué par un bras de son assaillant, il lâcha un souffle de surprise et eu une légère grimace de douleur. Et il sentit la lame froide lui chatouiller la gorge. Bien joué, pensa t-il, sans pour autant se laisser déstabiliser, ce n'était pas la première fois que l'on lui glissait une lame sous le menton. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres et il articula doucement,
    _ Vous avez toujours était aussi impulsif, Gabriel... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cpt. Gabriel L. EideardCaptain ° seek the truth in blood

« Inscrit(e) le » : 18/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 286
« Where are you ? » : Là où les vents et les courants l'emporte
« RP Age » : 38 ans
« What do you want ? » : Il y a des personnes sur ses Mers qui doivent périr ...
« Quote » :

    " Un homme a toujours le droit de se venger, si peu que ce soit ; la vengeance est bonne pour le caractère ; d'elle naît le pardon. "



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Pirate
« Profession Exercée »
: For me ... and the piracy
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Dim 21 Fév - 10:04

    Dès lors que Gabriel posa ses yeux froids sur le visage de l'individu un doute vint bloqué toute parole dans sa bouche. L'obscurité lui jouait-elle des tours, combien d'année était passé depuis leur dernier face à face, 5 ans, 7 ans, 10 ans ... La dernière réponse semblait plutôt la bonne et s'accordait avec le léger vieillissement qui avait laissé quelques trace sur son visage.

      "Vous avez toujours était aussi impulsif, Gabriel..."

    Cette fois Gabriel n'avait plus de doute, ses yeux aciers retrouvèrent l'éclat bleuté qui les avaient quitté 4 ans auparavant et les traits de son visage s'ouvrirent légèrement. Comme si cette apparition totalement imprévu le ramenait en arrière, avant que tout ne bascule. Mais cela ne dura qu'une fraction de seconde et notre homme retrouva bien vite son visage froid et déterminé. Ils avaient été amis autrefois, qu'en était-il à présent ? Lui-même avait tellement changé depuis, Hobbes avait put en faire autant même si au premier abord il avait l'impression d'avoir affaire à l'exact réplique de celui qu'il avait connu. Sa dague se fit cependant moins oppressante mais garda tout de même sa place. Un éclat de lune passant entre deux nuages nocturnes et fit briller la lame affuté ainsi que l'anneau dorée symbole de son engagement envers sa femme et qui avait toujours sa place sur son annulaire. On ne peut plus déstabilisé par cette rencontre Gabriel mit quelques temps a retrouver sa langue et ce n'est que lorsque la lune se cacha à nouveau qu'il réussi à retrouver sa voix.

      " Et vous vous mettez toujours votre nez dans des affaires dangereuses. "


    Même si l'attitude de Gabriel pouvait le laisser penser, ses paroles n'étaient pas une menace. Quelqu'un connaissant sa nouvelle personnalité aurait même pût être tenté de dire que c'était sous le coup d'un certain amusement qu'il avait prononcé cela. Ne sachant pas vraiment sur quel pied danser avec sa prise du soir, notre homme préféra le garder à sa coupe pour le moment. Sa prise se fit cependant moins ferme mais ses sens restaient aux aguets pour parer à toute éventualité. D'ailleurs en parlant d'éventualité, ses oreilles l'alertèrent et son regard clair se décala légèrement vers les quais éclairé non loin. L'instant d'après, d'une dextérité acquise depuis 4 ans à manier l'objet, la dague se retrouva accroché à sa manche droite et sa main vint se plaquer sur la bouche de Hobbes tandis que son autre main saisit l'homme au col et l'entraina derrière les caisses. Aussitôt installé son bras revint plaquer son ancienne ami tandis qu'il l'intimait toujours au silence grâce à son autre main. Gabriel se pencha légèrement pour observer les quais où bientôt un marins apparut. Beaucoup plus silencieux que des soldats, il avait faillit se faire avoir, quand il constata qu'il tournait vers la ville Gabriel entraina un peu plus loin Hobbes jusqu'à arriver dans l'angle que formait les caisses avec l'entrepôt. La lune ne se montrant pas nos deux compères étaient dans l'obscurité la plus accrue et le marins passa sans même se douter qu'un représentant de la marin Britannique faisait face à un Pirate recherché. Nul doute que cette petite aventure avait été passé au crible par Hobbes et qui devait à présent deviner qu'il n'avait plus vraiment affaire à l'ami qu'il connaissait. Gabriel avait développé depuis 4 ans les instincts d'un assassin de l'ombre et de bête traqué, ajoutez à cela son changement de caractère et il était bien difficile de reconnaître le désinvolte lieutenant de la marine.
    Lorsque ses oreilles lui indiquèrent qu'il n'y avait plus personne aux alentours Gabriel releva un à un ses doigts de la bouche de Hobbes. Lorsque sa main fut libre ses doigts capturèrent en un éclair le pommeau de la dague qui retrouva bien vite sa place précédente même si à présent elle faisait plus office d'avertissement que de réel menace car la gorge de notre Lord était dispensé de son contact glacial.

      " Alors, vous suivez souvent les premières personnes venu ou vous avez fait une exception pour ce soir ? "

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Dim 21 Fév - 13:19

L'idée qu'il puisse se retrouvait en fasse de Gabriel Eideard lui avait parfois traversé l'esprit. Il se rappelait de tous ces moments passés avec le lieutenant, tous les deux formaient une paire redoutable autant crainte par leurs ennemis communs, que par leurs supérieurs qui avaient toujours eu un certain mal à les contenir. Ils avaient eu des moments drôles, mais aussi émouvant, qui promettait une amitié solide et indestructible. Il avait pourtant fallu que les choses soient faites autrement. Stamford avait quitté la marine pour rejoindre la police et Gabriel était resté dans la marine, les deux amis se sont, petit à petit, éloignés chacun partant pour des voyages à l'autre bout du globe. Incapable de tenir une quelconque correspondance. Surtout que l'un recevait des blâmes par ses supérieurs, le second lui apprenait toutes les combines de ses collègues avec un intérêt frôlant parfois l'obsession et harcèlement. Deux chemins bien différents. Pourtant, dans la capitale, il gardait un œil sur la femme et la fille de Gabriel, on ne savait jamais ce qu'il pourrait se passer, ils étaient, avec son ami docteur, les personnes qui avaient su l'aimer pour ce qu'il était. Un incorrigible merdeux, ayant un côté attachant pour des raisons que la raison même ignore. La mort qui avait frappé le couple Eideard, ce complot abominable que le futur supérieur, à l'époque, de Stamford avait flairé, l'avait envoyé en Inde avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit. Perdant ainsi toute trace de son ami, apprenant seulement la rébellion de celui-ci et la mort de ses deux êtres chers.

Les yeux de la personne en face de lui, qui était bel et bien Gabriel, s'illuminèrent un instant, juste le temps de voir les souvenirs refaire surface avant que le visage ne retombe dans une expression froide et de détermination. Oui, il avait bien changé. Ce qui ne surprenait pas réellement le lord qui ne laissa rien transparaitre, comme d'habitude. Les rayons de la lune percèrent éclair un instant la lame du pirate ainsi que la bague sur son doigt. Détails relevé par Stamford, qui ne fit aucun commentaire de plus attendant une réponse de son ancien camarade qui finit par se reprendre,
    _ Et vous vous mettez toujours votre nez dans des affaires dangereuses.
Stamford haussa les sourcils, il s'apprêter à répondre que c'était généralement pour cela qu'on lui remettre les missions les plus délicates. Pour lui flirter avec la mort était chose commune pour lui après tout. Il n'était pas réellement surpris de la réaction de Gabriel, on n'était jamais trop prudent après tout. Pourtant, le lord avait sentit l'hésitation de son assaillant, gardant la dague au niveau de la gorge. Il nota la distraction dans le regard de ce dernier et il comptait répliquer quelque chose quand il sentit l'arme se rétracter et la main de son interlocuteur se posa sur sa bouche pendant que de l'autre main se saisissait de son col pour le trainer derrière les caisses. Le plaquant contre les caisses de nouveau, Hobbes lâcha un soupire toujours coupé par la main du pirate, il savait se taire et il n'avait pas réellement besoin que ce dernier s'assure qu'il se taise. Le lord posa sa main sur le poignet de son interlocuteur sans forcer, mais déjà il le trainait un peu plus loin. Ils attendaient tout les deux que le marin passe. C'est sûr, l'un et l'autre ne devrait même pas s'être croiser, le premier était un pirate recherché, depuis près de quatre ans, le second était le représentant de la police du corps de la marine. Et il avait rapidement compris que les sens de son ancien camarade étaient beaucoup plus développer, attentif au moindre mouvements ou bruit. Il avait changé, Stamford le savait, il savait tout, mais cela Gabriel l'ignorait, pour le moment en tout cas. Ce dernier attendit encore un peu et une fois qu'il était sûr qu'il n'y avait personne avant de ressortir la dague, sans toucher le cou du lord, mais qui était là comme avertissement.
    _ Alors, vous suivez souvent les premières personnes venu ou vous avez fait une exception pour ce soir ? Stamford lâcha un léger éclat de rire moqueur, discret pour ne pas attirer les curieux qui pourraient passer.
    _ Me connaissant, vous devriez savoir que je ne m'occupe que des exceptions. »
Ce qui était tout à fait vrai, les affaires banales ne l'avaient jamais intéressé, il aimait avoir des missions qui étaient un challenge personnel. L'obligeant à lutter, mettre le poing sur la table et surtout qui lui procurait sa dose d'adrénaline particulière. Quelque chose qui lui permettait aussi de découvrir des choses et d'évoluer dans un mon où les hommes comme lui étaient considérés plus comme des obstacles qu'autre chose. Mettre des bâtons dans les roues pour les biens de la justice et autre, c'était tout à fait son objectif. Loin, très loin d'être au goût du gouverneur de Port Royal. Cette dernière d'ailleurs s'avérait être le défi le plus difficile de Hobbes peut-être même son dernier, s'il le décidait. Son regard observait son ancien ami, se reposant de nouveau sur l'anneau doré, invisible dans l'obscurité. Il le portait toujours, Stamford eu un pincement au cœur et lâcha un léger soupire, il aurait voulu pouvoir faire quelque chose, mais on l'en empêcha et c'était certainement une des raisons qui le butaient à tenir tête à certain, défendre les valeurs de la marine et autre. Pour empêcher ce genre de complot de ressurgir. En levant ses yeux vers Gabriel, il sentit que le poids de ses dix années et en particulier ces quatre dernières années lui pesait.
    _ Dix ans. J'espérais que nos chemins se croisent de nouveau. Il hésita, il ne voulait pas amener les sujets douloureux sur table tout de suite. Je peux constater que la piraterie ne vous réussit pas trop mal. »
Loin d'être fou, il avait rajouté cette remarque avec un léger ton cynique, même dans les moments les plus cruciaux, où la moindre remarques déplacé aux yeux de son interlocuteur pouvait entrainer sa perte. Mais cette carte était la meilleure à jouer, pour montrer qu'il n'avait pas changé, juste vieillit et lui faire petit à petit comprendre qu'il savait, tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cpt. Gabriel L. EideardCaptain ° seek the truth in blood

« Inscrit(e) le » : 18/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 286
« Where are you ? » : Là où les vents et les courants l'emporte
« RP Age » : 38 ans
« What do you want ? » : Il y a des personnes sur ses Mers qui doivent périr ...
« Quote » :

    " Un homme a toujours le droit de se venger, si peu que ce soit ; la vengeance est bonne pour le caractère ; d'elle naît le pardon. "



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Pirate
« Profession Exercée »
: For me ... and the piracy
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Dim 21 Fév - 15:28

    A peine réuni, les deux hommes formaient déjà une scène bien étrange. Tandis que la marin approchait, Gabriel privilégia son ouïe à sa vue et pencha légèrement son visage, ses yeux se posèrent sur le torse de Hobbes sans véritable le voir. Il suivit la progression de l'individu à l'oreille et ne broncha pas d'un pouce lorsque Stamford posa sa main sur le poignet qui emprisonnait sa bouche. Ce n'était qu'une précaution parmi d'autre, Gabriel osait espérer que son ami était toujours celui qu'il avait connu mais n'étant sur de rien pour l'instant, il préférait prendre des précautions. Le marin partit, le pirate redressa son visage et récupéra sa dague en une fraction de seconde grâce à la dextérité des ses doigts.

      " Me connaissant, vous devriez savoir que je ne m'occupe que des exceptions. "


    Dans l'obscurité Gabriel lâcha un court soupir qui s'accompagna d'une amorce de sourire amusé. Notre homme avait l'intuition qu'il avait encore affaire à l'ami de confiance d'autre fois, mais il redoutait de confondre intuition et désir c'est pourquoi il maintint sa position. Hobbes pouvait très bien jouer un jeu destiné à baisser sa garde et il lui devait encore un peu de méfiance.

      " C'est à ce demander comment vous avez survécu. "


    A toujours chercher le diable on finissait toujours par se griller les ailes. Possible que celles du Lord aient eu chaud de nombreuses fois mais de toutes évidence il les avaient encore. Pour avoir partagé nombre d'étranges péripéties avec lui, Gabriel en vint à se demander comme il avait put se débrouiller, d'autant plus que la dernière fois qu'il avait eu de ses nouvelles il avait cru comprendre que à présent ces "péripéties" étaient sa vie.

      " Dix ans. J'espérais que nos chemins se croisent de nouveau.
      Je peux constater que la piraterie ne vous réussit pas trop mal. "


    Comme si Stamford avait déclamé le mot de passe lui permettant d'entrer sous la garde de Gabriel, se dernier relâcha sa prise et s'écarta d'un petit pas en arrière. Cependant sa dague resta dans sa main droite et, d'un geste machinale qu'il avait acquéri durant ces 4 dernières années, ses doigts se mirent à danser autour de la lame et du pommeau, faisant ainsi pivoter de manière plus ou moins complexe la dague.
    A ressasser et à planifier ses sombres projets il est vrai que Gabriel n'avait guère pensé à son ami mais s'il l'avait fait peu être aurait-il lui aussi nourrit le désir de le revoir. Après tout avant sa chute, il avait lui aussi espéré que leurs chemins se recroisent un jour alors même si aujourd'hui ils n'étaient pas dans le même camp il ne voyait pas en quoi cela brouillerait dans son entier une amitié si longue. Comme pour stopper là ses réflexions Gabriel stoppa sa jonglerie et rangea sa dague dans sa cachette contre son poignet gauche.

      " Et la Marine ne semble pas vous changer. "


    C'est un peu à son insu que de l'amertume vint se loger dans ses paroles. Il n'avait pas pût s'empêcher, l'espace d'une syllabe, de penser à ce que la Marine avait fait de lui. Fâcheuse manie qu'il avait de ramener tout à lui, depuis qu'il passait son temps à tout ressasser il avait pût constater l'apparition de cette habitude qui était tout de même assez limité plus que ses conversations se faisaient assez rare. Le regard acier de Gabriel observait attentivement le visage du Lord, même si à présent il se sentait légèrement rassuré il était encore assez loin de pouvoir lui montrer son dos. Que Hobbes soit au courant de son changement de bord n'avait strictement rien d'étonnant au vue de la position qu'il devait occuper mais jusqu'à quel point connaissait-il l'histoire. Il ne serait pas étonné qu'il en sache beaucoup voir plus que lui-même, cette idée qui naquît dans son esprit produit un étrange mélange dans son esprit d'agacement et d'intérêt. Parviendrait-il a avoir des informations digne de ce nom ce soir, car s'il ne manquait plus qu'un exécutant à son tableau de chasse, Gabriel faisait choux blanc sur les responsables, les cerveaux trop frileux pour se frotter directement à l'action c'étaient étonnamment bien caché. Il s'écoula ainsi de longues secondes que chacun employa à sa façon.

      " Dois-je m'inquiéter si je vous laisse repartir aussi furtivement que vous êtes arrivé ? "


    Gabriel cherchait donc encore à ce faire une idée sur la personne qu'il avait face à lui et si celle-ci n'avait pas trop changé, il lui répondrait avec la même sincérité mordante qu'il connaissait par cœur. Cependant cette question ne sonnait pas le glas de leur rencontre, si notre pirate avait bien deviné et qu'il trouvait le courage de se frotter à la vérité, d'autre question suivrait. Mais pour l'instant il n'était pas certain de vouloir évoquer le sujet avec Stamford.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Dim 21 Fév - 21:13

Si on observait la scène d'un regard extérieur, les personnes auraient tendance à se dire que le duo que formait Stamford et Gabriel était particulier. Le premier d'ailleurs trouvé la situation hilarante, mais préférait ne pas réellement insister sur ce côté en voyant le regard d'acier de son ancien compagnon d'arme. Méfiance, prudence et très certainement un peu la peur, semblait se mélangeait dans l'esprit de ce dernier. Non, pas de la peur pour sa vie, mais celle qui le faisait valser voulant savoir s'il avait bien affaire toujours à un ami ou au contraire à une menace possible pouvant révéler sa présence sur l'île. D'ailleurs qu'est-ce qu'il faisait ici. Le Lors aurait très bien pu répliquer que s'il y a quelqu'un qui s'enfonçait dans une affaire dangereuse c'était bien lui. Se promenait à Port Royal pour un pirate, s'était comme un haut gradé de la marine se risquant à Tortuga, suicidaire ou alors dans le plaisir masochiste d'ennuyer quelqu'un. Quoi qu'il en soit la réponse du brigadier fit lâcher un soupire par son interlocuteur, sur le visage duquel il put voir un semblant de sourire amusé.
    _ C'est à se demander comment vous avez survécu. »
Prenant cela comme un compliment, Stamford lui adressa un sourire amusé, tout en répondant mentalement qu'il ne cherchait pas à comprendre comme il avait survécu, mais comment certains comptaient y remédier. Lorsqu'il prononça le mot, piraterie, il sentit que son assaillant se détendit légèrement, puisqu'il le lâcha finalement, reculant un peu tout en jouant un peu avec sa dague au cas où il viendrait dans l'esprit du lord de soudain partir en courant. A la place, il ne bougea même pas, se contentant de se détacher des caisses un instant et d'observer de haut en bas son interlocuteur, ses yeux s'étant habitué à l'obscurité. La voix, tinté d'une légère amertume du pirate résonna de nouveau,
    _ Et la Marine ne semble pas vous changer. Il lâcha un léger éclat de rire et secoua la tête.
    _ Non, ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé, mais ils n'ont pas encore trouvé de solution pour me contenir autrement que de me faire voir de temps en temps du pays quand je gêne. »
Ce qui était foncièrement vrai, jusqu'à maintenant, parce que lui avoir proposé la mission à Port Royal, c'était comme lui avoir proposé de mettre fin à un certain complot. C'était lui offrir et l'encourager à mettre le nez dans les affaires de la compagnie des Indes avec carte blanche donner par ses supérieurs. Ce qui était presque la véritable situation. Préférant éviter ce genre d'égocentrisme, il préférait pour le moment ne rien dire de plus. Son interlocuteur avait certainement plus de choses intéressantes à raconter et très certainement des questions à poser qui méritaient son attention. D'ailleurs celui-ci restait légèrement tendu, n'étant pas encore sûr et certain sur les attentions de Hobbes, il le connaissait très bien, il était tout aussi imprévisible que lui, quand il voulait.
    _ Dois-je m'inquiéter si je vous laisse repartir aussi furtivement que vous êtes arrivé ? Stamford leva un sourcil et regarda un instant autour de lui avant de braquer son regard de nouveau sur Gabriel.
    _ Vous avez raison de me demander, à peine nous nous sommes retrouvés que vous voulez déjà que je m'en aille. Il s'appuya contre la caisse rentrant les mains dans ses poches tournant de nouveau la tête ailleurs que vers son interlocuteur. Il est vrai que je ne cherchais pas forcément de la compagnie, mais je n'ai rien d'autre prévu dans mes plans, puisque l'idée de vous suivre était déjà le fruit d'une simple improvisation. »
Stamford ne pouvait de toute façon que dire la vérité dans ce genre de situation, non pas qu'il mentait très mal, bien au contraire, il savait le faire mieux que quiconque, mais il n'en voyait réellement pas l'intérêt, comme tourner autour du pot pouvait rapidement l'agacé. Il sentait qu'il n'avait pas encore la confiance entière de son interlocuteur, il savait aussi qu'au moindre geste ou mot de travers pouvant être interprété comme un avertissement ou une menace, le pirate ressortirait sa dague pour la déposer sous sa gorge aussi vite. On ne pouvait pas blâmer Gabriel d'être sur ses gardes, pour lui, le lord représentait un danger, par sa simple position dans le corps de la Royal Navy. De plus, exiger la confiance de son camarade serait mal venue de quelqu'un qui donne sa confiance aussi souvent que le gouverneur de la ville distribue des fleurs aux soldats dans ses jours de bonté. Il sortit de sa réflexion pour tourner simplement son regard vers le pirate,
    _ Vous pouvez dormir tranquille, je ne dirais rien, cela ferait trop plaisir à Grey et je pourrais décevoir beaucoup de monde. Il se tut un instant ayant dirigé son regard vers ses pieds avant de lever ses yeux vers son interlocuteur. Maintenant, Gabriel si vos questions vous brûlent la gorge autant qu'elles brillent dans le fond de vos yeux, posez-les sans crainte je tâcherais d'y répondre. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cpt. Gabriel L. EideardCaptain ° seek the truth in blood

« Inscrit(e) le » : 18/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 286
« Where are you ? » : Là où les vents et les courants l'emporte
« RP Age » : 38 ans
« What do you want ? » : Il y a des personnes sur ses Mers qui doivent périr ...
« Quote » :

    " Un homme a toujours le droit de se venger, si peu que ce soit ; la vengeance est bonne pour le caractère ; d'elle naît le pardon. "



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Pirate
« Profession Exercée »
: For me ... and the piracy
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Dim 21 Fév - 22:50

    A nouveau libre de ses mouvements Hobbes se contenta de se détacher des caisses, il est vrai que Gabriel l'avait un peu secoué sans trop se soucier de son confort. Enfin, il n'allait pas en mourir et il avait l'air de se porter comme un charme. Les paroles de notre homme déclenchèrent un léger rire chez le Lord, ce qui fit espérer à Gabriel qu'il n'est pas sentit le brin d'amertume qui c'était collé à son timbre de voix.

      " Non, ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé, mais ils n'ont pas encore trouvé de solution pour me contenir autrement que de me faire voir de temps en temps du pays quand je gêne. "


    A nouveau ces paroles déclenchèrent une amorce de sourire sur le visage de Gabriel, deux fois en quelques minutes, seul Stamford était capable de ce miracle. La dague rangé, notre pirate n'avait plus rien pour évacuer la tension dont laquelle il était constamment la proie ces derniers temps. Ses mains n'avaient plus aucune occupation, il n'allait surement pas les ranger dans sa veste, son esprit se focalisant sur cela il dû bien vite constater que ses doigts puis ses mains tombèrent sous l'emprise d'un infime tremblement. Invisible dans le noir mais très agaçant, surtout que l'homme qui lui faisait face avait toujours eu le don de lire en lui comme dans un livre ouvert. Ses poings se fermèrent donc, à la recherche du contrôle que son corps lui devait.

      " Vous avez raison de me demander, à peine nous nous sommes retrouvés que vous voulez déjà que je m'en aille.
      Il est vrai que je ne cherchais pas forcément de la compagnie, mais je n'ai rien d'autre prévu dans mes plans, puisque l'idée de vous suivre était déjà le fruit d'une simple improvisation. "


    Stamford prit une attitude on ne peut plus nonchalante et glissa les mains dans ses poches. Il ne manquait pas d'aplomb, cela aurait put à nouveau arracher un demi sourire à Gabriel, si son attention n'avait pas été focalisé sur leur échange verbal. Le pirate leva son regard acier vers le ciel noir, oui c'était de tout évidence l'Hobbes qu'il avait connu tout ne changeait pas dans ce bas monde. Qu'elle était les chances pour qu'il tombe sur lui à Port Royal au beau milieu de la nuit ? Gabriel fut tenté d'exposer cette interrogation au Lord mais y renonça, ce genre de conversation ne serait pas pour ce soir.

      " Je suis donc l'objet de votre attention pour un certain temps encore. Gabriel redirigea son regard vers son interlocuteur. Vous me voyez ravi de vous fournir une occupation entre deux "plans". "


    Amusé notre pirate ? A vrai dire il ne saurait le dire lui même, Hobbes était du genre collant, non pas que cela soit dérangeant en soit mais ne valait-il mieux pas pour chacun de se séparer promptement et de faire comme si rien ne c'était passé ? Ayant momentanément oublié le tremblement de ses mains, celui-ci c'était atténué au point de disparaître mais ses doigts ne se desserrèrent pas pour autant et restèrent fermé.

      " Vous pouvez dormir tranquille, je ne dirais rien, cela ferait trop plaisir à Grey et je pourrais décevoir beaucoup de monde. "


    Ah oui, c'est vrai. Elvira Grey "gouvernait" Port Royal, se rappel plongea brutalement Gabriel dans un songe. A cette instant tous ses sens furent brouillé et heureusement personne ne vint car notre pirate aurait probablement régit trop tard. Lady Grey, lui en voulait-elle encore ? Après toutes ces années elle avait tout de même dû tirer un trait, mais même si cela était le cas, il serait bien étonné qu'elle lui fasse une fleur surtout avec la réputation qu'elle trainait derrière elle.

      " Maintenant, Gabriel si vos questions vous brûlent la gorge autant qu'elles brillent dans le fond de vos yeux, posez-les sans crainte je tâcherais d'y répondre. "


    Son regard perdu se réanima lorsque Hobbes le tira de ses songes. Il tomba immédiatement sur les yeux de ce dernier, de tout évidence il avait surpris son moment d'égarement. Mais Gabriel ne s'en formalisa pas car Stamford venait de mettre le doigt dans un engrenage. Des questions qui brillaient dans ses yeux, voilà bien longtemps qu'il n'avait pas dû faire face à la perspicacité de son vielle ami. Aussitôt dans un réflexe totalement vint, le pirate baissa son regard. Non il n'avait pas envie d'évoquer le sujet, dans le premier cas Hobbes ne savait rien de plus que lui et cela serait juste un douloureux retour en arrière, soit il en savait plus et il devrait contempler la vérité. Gabriel qui était resté totalement immobile depuis qu'il c'était écarté du Lord, changea d'appui. Son esprit pesait le pour et le contre à une vitesse vertigineuse mais n'arrivait pas à ce décider.

      " Ce n'est pas à vous que ces questions doivent être posé. "


    Le temps de trouver son homme et il aurait probablement ce qu'il voulait de sa bouche avant que son dernier souffle ne s'élève dans l'air. En parlant d'air à nouveau ses oreilles signalèrent un son étrange et Gabriel qui observait le sol avec obstination, leva brusquement son regard qui s'était à nouveau durcit. Au même instant le félin qu'il avait croisé quelques temps plutôt, fit son apparition au-dessus de Hobbes en haut des caisses. Le regard perçant de l'animal se posa sur la scène qui se déroulait en contre bas et Gabriel l'observa pensivement. Il avait prit sa décision, il n'aurait pas cette conversation avec Hobbes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Lun 22 Fév - 1:02

Un nouveau sourire c'était dessiné sur le visage de Gabriel, deux sourires en l'espace de quelques minutes, c'était beaucoup plus que ce qu'avait espéré le lord lorsqu'il avait imaginé leur retrouvailles. Autant le comportement du pirate ne l'avait pas surpris aux premiers abord, autant les sourires qu'il arrivait à lui décrochait en disait long sur le bon souvenir qu'il avait de leur relation passée. Cela, assez étrangement d'ailleurs ce qui ne manqua pas de surprendre le brigadier, lui fit chaud au coeur, il y avait tout de même quelque chose qui était resté de leur amitié. Enfin, un semblant en tout cas, assez pour éviter qu'il lui coupe la gorge en réalisant qu'il avait un gradé de la Royal Navy sous la main et assez aussi pour qu'il esquisse un sourire amusé en reconnaissant l'irremplaçable Hobbes. Qui d'ailleurs nota une fois de plus le tremblement de son interlocuteur, sans pour autant le relever, il n'était pas réellement là pour s'amuser à lire en lui, bien que cela se faisait automatiquement. Il est vrai que les chances que tous les deux se croisent ce soir étaient assez minimes. Les deux en particulier, l'un qui avait pourtant coutume à préférer l'Inde, l'Asie du sud-est ou l'Egypte pour accomplir une mission que de se risquer dans le panier de crabe des Caraïbes et le second qui était un pirate recherché par la marine. Oui, en faits la possibilité qu'ils se recroisent ainsi n'avait pas effleurer les pensées du lord. Voir une tronche ami dans cette ville, ne pouvait que lui inspirait confiance de toute façon, même si c'était un pirate.
    _ Je suis donc l'objet de votre attention pour un certain temps encore. Stamford hocha légèrement la tête, un sourire malicieux sur les lèvres. Vous me voyez ravi de vous fournir une occupation entre deux "plans". »
En faits, il était plutôt du genre a avoir des choses prévues assez longtemps à l'avance, mais des plans flexibles qui pouvaient être modifiés à son grès et laisser la porte grande ouverte à toute improvisation et surprise qui pouvait survenir à n'importe quel moment. Ce qu'était finalement Gabriel, cette silhouette élancée et cette démarque, bien que plus précise et vive, était resté la même. Même si son interlocuteur nierait très certainement le fait qu'il n'avait pas changé. Oh que non, on ne changeait pas, on évoluait, on devenait plus dur, plus rancunier ou alors plus faible et généreux, dans tous les cas c'était une évolution qui se justifiait par des évènements dans leur misérable vie. Il ignorait réellement comment la discussion allait évoluer, leur raison, à tout deux, leur disait qu'il valait mieux en rester là. Ils s'étaient vus, tous les deux en vie, tous les deux ayant vécu des choses et tout deux voulant savoir ce qui s'était passé, ce qui avait pu expliquer cet éloignement et justifier leur situation actuelle. Le lord ne tournerait pas autour du pot et savait que s'ils ne le faisaient pas maintenant, ils le feront un autre moment, il était inévitable qu'ils devaient avoir cette discussion. Le regard de son interlocuteur c'était soudain perdu, il avait la simple impression qu'il était ailleurs, juste après avoir donné le nom de famille du gouverneur. Connaissance en commun peut-être, ô grande joie que celle-ci, une ennemie en commun, encore. Il devait y avoir quelque chose contre les parias de la société, ceux qui ne rentraient pas dans le moule et qui avait tendance à énerver les mêmes personnes.

Lorsqu'il lui proposa de répondre à ses questions, alors qu'il n'avait encore rien dit à ce sujet, le regard de son ancien compagnon se braquer dans le sien. L'hésitation qu'il lu dans celui-ci, lui valu un léger frisson. Ne baisse pas les yeux Gabriel, ne baisse pas les yeux... Un soupire s'échappa des lèvres de Stamford, le pirate venait de trouver un intérêt particulier pour le sol. Chose en disait long, très long, trop long et il tourna de nouveau la tête vers les quais, écoutant d'une oreille la réponse de son interlocuteur,
    _ Ce n'est pas à vous que ces questions doivent être posées. »
Il ne répondit pas tout de suite, sans regarder Gabriel il laissa son regard parcourir les alentours, il leva complètement le nez pour apercevoir les deux yeux brillants du félin. Lorsqu'il baissa de nouveau les yeux, c'était pour croiser ceux du pirate qui avait certainement aussi remarqué la présence du chat. Croisant les bras, il se contenta de hocher la tête. S'il ne voulait pas en parler, c'était son droit, tout comme celui de vouloir écourter leur entrevue, Hobbes ne le retiendrait pas. D'un autre côté cette réponse ne l'étonnait pas réellement, Gabriel, restait Gabriel. Il ne lui devait rien après tout, ils ne s'étaient pas vus depuis dix ans et il y a quatre ans des gens dans la juridiction de Hobbes s'étaient permis d'organiser un complot qui détruisit une vie entière. Non, il n'avait rien à dire ou exiger de lui. Quelque chose pourtant le pousser à croire qu'il fallait tout simplement un peu le pousser à bout pour qu'il parle, une remarque cinglante, une colère de la part du brigadier.
    _ Non, en effet. Affirma t-il. Il aurait dû en finir là, saluer son ami, lui souhaiter bon courage et partir sans demander son reste. A la place, il poursuivit, Et je serais un imbécile de croire un seul instant, avoir des réponses qui pourraient vous aider dans votre quête de vengeance. Et cela, de peur de faire face à une vérité que vous fuyez depuis quatre ans. »
Il y avait un léger ton de reproche, ayant levé légèrement levé la voix et surtout il venait de s'engager sur un terrain glissant, il ne serait pas surpris d'une nouvelle réaction impulsive de la part de Gabriel. Stamford mettait le doigt sur quelque chose de pointilleux, mais s'il ne le faisait pas, il n'avait qu'à partir sur cette conclusion, que les questions étaient à être posées à quelqu'un d'autre. Ce n'était pas son genre et cela le pirate le savait très bien. En plus d'être légèrement, collant, il était buté, la prochaine réaction de son interlocuteur affirmerait très certainement ce qu'il disait. Peu importe la réponse de Gabriel..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cpt. Gabriel L. EideardCaptain ° seek the truth in blood

« Inscrit(e) le » : 18/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 286
« Where are you ? » : Là où les vents et les courants l'emporte
« RP Age » : 38 ans
« What do you want ? » : Il y a des personnes sur ses Mers qui doivent périr ...
« Quote » :

    " Un homme a toujours le droit de se venger, si peu que ce soit ; la vengeance est bonne pour le caractère ; d'elle naît le pardon. "



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Pirate
« Profession Exercée »
: For me ... and the piracy
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Lun 22 Fév - 16:55

    Les secondes s'écoulèrent et Gabriel s'obstina à observer le félin haut perché, d'ailleurs celui-ci lui retournait son attention de la même manière. Une façon comme une autre de réfléchir car notre pirate pressentait un revirement dans l'échange qu'il entretenait avec Hobbes. Si celui-ci n'avait pas changé il ne lâcherait pas l'affaire aussi facilement. Tel un chien qui ne lâcherait pour rien au monde son os le Lord avait l'habitude de s'accrocher avec entêtement à ce qu'il jugeait utile et / ou intéressant. La meilleure manière d'éviter cela serait de s'éloigner promptement de l'individu mais pour une raison qui lui était totalement inconnu Gabriel ne s'y résolvait pas. Jouer ainsi avec le feu n'était pas dans ses habitudes, ou plutôt n'était plus dans ses habitudes. Sous l'effet d'un sentiment que notre homme n'arriva pas à identifier son pouls augmenta et vint raisonner jusque dans ses oreilles. Même son corps se préparait, mais se préparait à quoi ? Le pirate était à deux doigts de se décider à utiliser cette énergie toute nouvelle pour partir lorsque les paroles de Hobbes le firent revenir à la réalité.

      " Non, en effet. "

    Gabriel baissa ses yeux vers son interlocuteur et il sentit aussitôt son corps se décrisper. C'était-il fait des idées ? Était-il possible que Stamford fasse usage d'un sentiment s'apparentant à de la compassion, ou bien les souvenirs du pirate n'étaient plus très précis et il avait surestimé les capacité du Lord. Quoiqu'il en soit il fut brutalement remit devant ses craintes lorsque son vielle ami enchaina.

      " Et je serais un imbécile de croire un seul instant, avoir des réponses qui pourraient vous aider dans votre quête de vengeance. Et cela, de peur de faire face à une vérité que vous fuyez depuis quatre ans. "

    Aussitôt son pouls grimpa en flèche mais cette fois il savait d'où cela provenait. Gabriel avait toujours était impulsif et ses sentiments étaient bien souvent exacerbés, c'était sa nature et il ne pourrait probablement jamais se refaire. Quoiqu'il en soit ses mâchoires se crispèrent et il avorta rapidement le geste de sa main droite qui avait tenté de fondre sur le poignet gauche où se dissimulait sa dague. Cette fois ses mains furent prises de tremblement on ne peut plus caractéristique d'une rage contenu et pour éviter tout geste malheureux notre homme serra les poings et usa de tous son contrôle pour ne pas fondre sur Hobbes dans la seconde. Lorsqu'il prit conscience qu'il regardait son interlocuteur avec des yeux on ne peut plus hostile, il détourna son visage sur le côté. Dans la tempête de rage qui brouillait son esprit Gabriel avait tout de même trouvé la volonté de ne pas menacer son ami, même avec un regard.

      " Que je … La tête de Gabriel pivota dans un geste nerveux. La conversation s'était jusqu'à là déroulé dans un ton assez discret, le pirate stoppa là donc son éclat de voix et dû attendre quelques secondes avant de pouvoir être certain de s'exprimer sans attirer toute la ville. Je ne fuis pas."

    Étant donné que Gabriel avait énormément de mal à desserrer la mâchoire et qu'à cela se conjuguait la tension extrême de tout son être, ces quelques mots furent prononcé d'un ton dur et coupant. Notre homme oublia momentanément sa résolution de ne pas poser son regard sur Hobbes tant qu'il ne serait pas calmé et tout en pointant un doigt rageur vers son interlocuteur, il releva ses yeux vers lui l'espace d'une réplique.

      " Et je ne fais qu'appliquer la justice qui devrait être dû. "

    L'éclat d'acier de ses yeux resta quelques instants suspendu à ses jumeaux plus sombres qui l'observaient en face de lui. Puis Gabriel baissa à nouveau son regard tandis que sa main droite retournait à sa place original. Il est vrai que les méthodes qu'il employait pouvait de temps à autre peser sur sa conscience mais jusqu'à présent il avait balayé cela en pensant que si lui ne rendait pas la justice personne ne le ferait et cela il ne pouvait l'admettre. Insidieusement la douleur vint se loger dans la tempête qui faisait rage dans son esprit et même si dans l'immédiat elle se faisait discrète sa présence énerva un peu plus Gabriel qui ne voulait pas avoir à lui faire ce soir. Et puis que cherchait à faire Hobbes en évoquant ainsi le sujet qu'il aurait voulut éviter ? A part fleureter avec le risque que son interlocuteur perde le contrôle de soi et lui fasse aveuglement payé son imprudence … ça ne serait pas la première fois et sans doute pas la dernière. A la différence près que Gabriel regretterait après son geste, mais pour l'instant le pirate amenait à lui toutes les raisons pour lesquelles il ne devait pas s'emporter. Il y avait juste à espérer que Stamford ne fasse pas preuve d'entêtement et qu'il ne se mette pas à battre le fer temps qu'il était chaud.
    Nul doute que lorsque notre homme serait redevenu maitre de lui cette expérience le poussera à couper court à la discussion, il aura amassé assez de raison pour se décider à se séparer du Lord et éviterait sans doute à l'avenir une telle rencontre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Lun 22 Fév - 23:15

    _ Que je … Je ne fuis pas.
Stamford lâcha un soupire lourd de sens, il avait beau être quelqu'un de plus têtu qu'une mule, Gabriel avait lui-même la faculté de nier en bloque la vérité en face de lui. D'entendre ou comprendre aussi des choses que son interlocuteur ne pensait même pas, mais c'était quelque chose de courant. Ainsi, s'il devait confronter son camarade à quelque chose qu'il ne voulait pas admettre il le ferait. Il ne prenait aucun risque puisqu'il n'avait, de toute façon plus rien à perdre. L'ancien lieutenant de la marine fuyait bien quelque chose, c'était son deuil, qu'il ne s'était pas fait et très certainement, ne se ferait pas avant d'avoir envoyé les responsables de sa chute six pieds sous terre. Qu'il le fasse, de toute façon, dans le monde dans lequel il vivait cela faisait bien longtemps que le lord ne croyait plus réellement à la justice. Justice qui de toute façon semblait bien plus légitime baignée dans le sang qu'autre chose. Finalement celle de Elvira et de Gabriel était la même, justice que l'on pouvait aussi appeler vengeance ou pardon, dans tous les cas c'était dans le sang qu'elle se marquait. Elle ne pouvait en aucun cas possible d'être justifié, mais certain en avait quelque chose de légitime et son compagnon avait opté pour celle pour venir à bout d'une déchirure qui ne se referma pas ou très peu. Non, c'était sûr et certain qu'il n'avait pas grand-chose à dire sur la décision de son interlocuteur d'accomplir sa propre justice, personne de toute façon ne le ferait à sa place. Il ne pouvait qu'espérer qu'il parvint à ses fins avant de signer la sienne.

Autre chose, qui méritait très certainement un instant de réflexion par le brigadier qui, après son petit numéro, avait repris sa place contre la caisse était très certainement la réaction de Gabriel après qu'il eu ouvert la bouche. D'abord, il aurait cru un instant son interlocuteur tout à fait capable de revenir sur sa première décision et ainsi se retrouver avec sa dague sous la gorge. Mais son interlocuteur le connaissait trop bien, il savait que le lord aimait pousser les gens à bout pour qu'ils démontrent le contraire de leur parole. A sa plus grande surprise et admiration, il s'abstint de lui sauter à la gorge, bien que ses poings fermés et tremblant d'une colère voir rage, montré un sentiment de révolte. Si Stamford le voulait, il n'avait qu'à ouvrit une fois de plus la bouche pour évoquer le sujet pour que son interlocuteur ne soit pas capable de se contenir.Il ne le ferait pas, pas tout de suite, car bien que le regard hostile de son interlocuteur en disait long sur sa colère, il en disait aussi long sur son hésitation à partir pour éviter une catastrophe ou éviter la discussion, donnant alors raison au lord. Regard d'ailleurs que son interlocuteur baisser, fuyant le sien, ce qui voulait finalement aussi dire qu'il marquait tout de même un point en affirmant qu'il fuyait quelque chose. A ce moment-là, le pirate pointa son doigt rageur vers son ancien camarade et leva les yeux vers celui-ci, affirmant en une réplique,
    _ Et je ne fais qu'appliquer la justice qui devrait être dû. Comme l'avait pensé Stamford, il ne pouvait lui reprocher, il se contenta de hocher la tête avant de détourner le regard pensif tout en répondant d'un ton serein,
    _ Ce que je ne vous reproche aucunement. Vous n'êtes pas le premier, ni le dernier à le faire. Ce qui était vrai et paradoxale car finalement il justifier les dires du gouverneur de la ville quand elle peignait les pirates comme des forbans sanguinaires et sans pitié. Mais il justifiait aussi la défense de Stamford qui affirmait que certaines politiques encourageaient la piraterie, quand on n'a plus rien à perdre autant prendre de force ce qu'on voulait nous arracher. Mais vous fuyez bien quelque chose en recherchant la vengeance. Je ne prétends pas avoir toutes les réponses, mais je sais aussi que vous ignorez des choses qui se sont déroulées il y a quatre ans. »
Et pour commencer le simple fait qu'il avait été là, attentif, présent et prêt à risquer sa place, jusqu'à ce qu'on l'envoi en Inde. Jusqu'à ce qu'on le trouve gênant alors qu'il ne faisait que son travail, n'acceptant pas les pots de vins et étant loin de prendre en compte les menaces. Mais aussi qu'il avait plus d'allier dans la marine qu'il ne le pensait. Que sa femme l'aimait, plus que tout, étant certainement l'un des derniers proches à l'avoir vu vivante et qu'il avait des informations sur le haut du panier. Des choses qu'il avait découverts et qui, autant que son propre projet personnel, justifier encore plus sa présence à Port-Royal. Il n'avait pas de nom, des hypothèses et surtout beaucoup d'encre qui avait coulé sur ce complot, beaucoup de documents cachés et certains qui auraient mieux fait d'être brûlée qu'être à la portée d'un homme comme lui. Il voulait l'aider et au lieu de tourner autour du pot, lui faisant comprendre de manière cynique et surtout plutôt que de lui mettre la vérité violemment en face autant lui faire comprendre qu'il était là d'abord en ami et non pas en tant que brigadier et représentant de la Royal Navy. Il lâcha un soupire avant de finalement se décoller de la caisse et se rapprocher de son ami.
    Je ne fais que de vous proposer mon aide. Et si vous n'acceptez pas l'aide d'un représentant de la marine, vous devez être capable d'accepter celle d'un vieil ami. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cpt. Gabriel L. EideardCaptain ° seek the truth in blood

« Inscrit(e) le » : 18/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 286
« Where are you ? » : Là où les vents et les courants l'emporte
« RP Age » : 38 ans
« What do you want ? » : Il y a des personnes sur ses Mers qui doivent périr ...
« Quote » :

    " Un homme a toujours le droit de se venger, si peu que ce soit ; la vengeance est bonne pour le caractère ; d'elle naît le pardon. "



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Pirate
« Profession Exercée »
: For me ... and the piracy
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Mar 23 Fév - 15:42

    Au beau milieu de la tempête qui faisait rage dans l'esprit de Gabriel, la bulle de douleur grignotait consciencieusement de l'espace. Les yeux clairs de notre homme restaient rivé au sol tandis qu'il s'employait à refermer la boite de rage que Hobbes avait si bien ouverte. Exercice guère évident qu'il était bien loin de maitriser. Mais son interlocuteur consentit, involontairement ou non, à apaiser la situation.

      " Ce que je ne vous reproche aucunement. Vous n'êtes pas le premier, ni le dernier à le faire. "

    Le tremblements de ses mains commencèrent progressivement à s'atténuer. Nul doute que lorsque Gabriel retrouverait ses esprits, ces paroles l'apaiseraient et viendraient contre-balancer le doute qui parfois l'emprisonnait lorsque, de temps à autre, il repensait aux vies qu'il avait consciemment prise.

      " Mais vous fuyez bien quelque chose en recherchant la vengeance. Je ne prétends pas avoir toutes les réponses, mais je sais aussi que vous ignorez des choses qui se sont déroulées il y a quatre ans. "

    Stamford venait à peine de trouver une voie susceptible de calmer Gabriel lorsqu'il remit à nouveau les pieds dans le plat. Ne tenant plus véritablement en place le pirate changea à nouveau d'appui. Pourquoi s'obstinait-il ? Que cherchait-il à obtenir ainsi ?

      " Pourquoi devrais-je forcement en savoir moins que vous ? "

    Le voix de Gabriel contenait une rage froide un peu mieux contenue que la fois précédente. L'esprit perdu de notre homme qui, jusqu'à présent, n'avait pas réussit à aligner deux pensées cohérentes dans sa colère se mit à progressivement à pointer du doigt la source actuelle de sa perdition. Pourquoi devait-il toujours en savoir plus ? A croire qu'il se prenait pour le grand sage distillant son savoir par bribes en fonction de ses envies. Après tout s'il savait tant de chose pourquoi tournait-il autour du pot ? N'était-il qu'un jouet dans ses mains ? Se réjouissait-il de l'emprise qu'il avait sur lui à cet instant ? Ainsi la rage de Gabriel qui n'avait pas de cible véritablement précise quelques instants auparavant, venait de se focaliser sur Hobbes. Ceci se fit en toute ignorance de la raison produisant ainsi des réflexions auxquelles Gabriel n'aurait même pas songé en temps normale.

      " Je ne fais que de vous proposer mon aide. Et si vous n'acceptez pas l'aide d'un représentant de la marine, vous devez être capable d'accepter celle d'un vieil ami. "

      " Votre aide ! Ce n'est pas un peu trop tard pour ça ? "

    Gabriel releva son visage vers son interlocuteur en prononça cela. Il était difficile de faire le tri dans l'expression de son visage: colère, amertume, reproche et souffrance régnaient en maitre. Mais ses paroles produisirent un électrochoc dans l'esprit tempétueux du pirate. Tout se figea même son visage exprima la stupeur qu'avait causé en lui ses mots qui étaient sortis de sa bouche. Il baissa honteusement les yeux au sol, il ne voulait même pas savoir d'où provenait ce reproche à peine voilé. Il n'y avait jamais pensée même dans les instants les plus sombres et il ne pouvait comprendre d'où provenait ses paroles. Le fait qu'il puisse dire cela noya sa colère dans un océan de confusion. Machinalement Gabriel porta sa main droite aux précieux pendentifs accrochés à son cou. Invisible sous ses vêtements le simple fait de les sentir à travers la toile de ses habits lui apporta un éclat de sérénité.

      " Désolé … Je ne voulais pas dire ça. "

    Un peu perdu par la découverte d'un personnalité dont il ne soupçonnait même pas l'existence Gabriel ne plus vraiment où poser son regard. Il était inconcevable qu'il regarde Stamford dans l'immédiat après ce qu'il venait de lui dire et rien de ce qui baignaient dans l'obscurité autour d'eux ne semblait approprié. Le pirate entendit le soupir de son vieil ami et sentit qu'il s'approchait de lui. A cette instant présent, il devait lui livrer un spectacle bien pathétique. A cette pensée Gabriel décrocha ses doigts de sa chemise et son bras vint pendre sur le côté. Gabriel releva son visage contrit vers son interlocuteur et dans un soupir il murmura.

      " Je ne veux pas vous mêler à cette histoire. "

    Il venait enfin de trouver la raison pour laquelle il n'avait pas voulu que le sujet sois abordé avec Hobbes. Le pirate refusait de mêler l'homme qui lui faisait face à cette histoire. Une âme meurtri suffisait pas la peine de risquer d'entrainer quelqu'un d'autre dans le trou où il était tombé. Mais la proposition de Stamford l'avait touché de tout évidence les années écoulés n'avaient pas en tâché leur amitié et une bougie s'était allumé dans l'obscurité où ce débâtait Gabriel depuis 4 ans.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Mer 24 Fév - 13:27

Les choses ne se font jamais aussi simple qu'elles devraient être. C'était une chose que prônait ouvertement Hobbes, tout comme les choses qui devraient être plus que ce qu'elles sont. Une vision assez franche et sèche de la vie qui ne plaisait à personne et finalement à peu de monde dans la société dans laquelle il avait grandi et vécue jusqu'alors. Non rien n'était simple et admettre les choses étaient tout aussi difficile. On ne pouvait en vouloir à personne que ce soit à Gabriel, Elvira ou les autres, si se voilé la face leur permettait de vivre leur ambition jusqu'au bout, tant mieux, il valait mieux avoir quelque chose à se raccrocher et avoir choisis un camps plutôt que de mettre le pied dans le bateau et sur le quais. Si on analysait à froid la situation, les avis de Stamford étaient clairs comme du cristal, ce genre de comportements hypocrites l'irritait ou le décevait, il n'avait qu'une volonté briser ce masque rassurant que les gens voulaient aborder, mais s'était leur droit aussi. Il savait qu'il aurait beau montré la vérité sous leur nez, ils ne lâcheraient pas leur idéaux et vision. Tant pis ou tant mieux. Il leur disait la vérité, après, ils faisaient comme bon leur semblait, il n'était pas là pour sauver les gens de leur propre peur ou fantôme, a quelques exceptions près, ses amis et très certainement ceux qui essayaient de le convaincre du contraire.

Il avait réussit quelque chose, à calmer son interlocuteur dont les mains cessèrent de trembler de rage, mais ayant repris un intérêt pour le sol. Même dans l'obscurité, les mouvements de son interlocuteur ne lui échappaient pas. Jamais, il aimait observer les hommes, généralement il évitait ce genre de conversations, se faisant dans les deux sens. Il préférait en apprendre sans échanger, car lorsqu'on échange on est contraint de répondre et c'est bien là une chose qu'il n'aimait pas beaucoup.
    _ Pourquoi devrais-je forcement en savoir moins que vous ? »
C'était une question tout à fait légitime, après tout, il ne pouvait pas se permettre de ne pas tout savoir, du moins d'avoir manqué des éléments que son interlocuteur avait en sa possession. Chose juste, mais qui était le cas, le lord le savait, sinon Gabriel aurait su qu'il était intervenu, qu'il y avait eu un bras de fer et qu'il s'était risqué au point de devenir gênant. Devenir gênant au point d'avoir le souci de l'éloigner le temps que le complot arrive à ses fins et objectifs. La réplique de son interlocuteur avait conservé une rage, froide, beaucoup mieux contenu. Les paroles du brigadier faisaient donc leur effet, il portait enfin un intérêt à ce que son ancien camarade lui disait ou du moins recommençait à hésiter sur sa décision d'écourter leur retrouvailles. Il est vrai que niveau manipulation, Stamford avait un art de l'utiliser, arrivant toujours à ses fins et objectifs, sans dire trop ou pas assez étant franc et à la fois respectant la décision de son interlocuteur. Il ne voulait rien savoir au départ, donc il n'avait pas à lui dire ce qu'il savait, s'il le voulait il n'avait qu'à lui demander. C'est ce qu'il lui dit, en lui avouant avec sincérité qu'il voulait simplement l'aider, de l'aide, il était sûr que c'était ce dont le pirate avait besoin. Aussitôt le visage de Gabriel se releva vers lui,
    _ Votre aide ! Ce n'est pas un peu trop tard pour ça ? »
Quelle injuste question, le visage du lord se durcit légèrement accompagnant le froncement de sourcil de ce dernier qui n'avait pas, pour le moment, réellement exprimer grand-chose. C'était un reproche ou il ne s'y connaissait pas, bien entendu, avec le recul et comme son ancien compagnon d'arme ignorait son implication dans l'affaire il ne pouvait que lui reprocher d'arriver un peu tard, après la guerre. L'amertume, la colère et la souffrance étaient d'abord, évidentes sur son visage, faisant frissonner une nouvelle fois son interlocuteur qui s'attendait à tout sauf à cela.Il ne se formalisa pas pour autant, surtout que son compagnon baissa une nouvelle fois les yeux réalisant le poids de ses paroles. Décidément c'était une manie chez ce dernier de trouver un intérêt au sol, plutôt qu'à son interlocuteur. Fuir un regard n'était jamais quelque chose de bien, surtout lorsqu'on était en face de Hobbes. Le pirate sembla attraper quelque chose qui se trouvait sous sa tenue, avant d'articuler des excuses affirmant que ce n'était pas ce qu'il voulait dire. Il y eut d'abord un soupire, lâché par le lord, qui se rapprocha de nouveau du pirate sans crainte, il n'y avait plus aucune raison. Ce dernier, cherchait où il pouvait regarder, ailleurs que dans les yeux sombres et pétillant de son ancien ami. Stamford aurait pu se contenter de hocher la tête, de dire qu'il comprenait la colère de son ancien collègue, mais à la place il lâcha un éclat de rire mauvais avant de répondre d'une voix que seul son interlocuteur pouvait entendre en tendant bien l'oreille,
    _ Mais non seulement vous l'avez dit, mais pensé. Gabriel leva alors la tête vers son interlocuteur et murmura,
    _ Je ne veux pas vous mêler à cette histoire. »
Oh, c'était donc cela, la raison de son interlocuteur. Il refusait de le mêler à cette histoire. Hobbes laissa un instant cette déclaration flotter dans les airs. Un ange passa. Pendant ces quelques secondes ou minutes, qui auraient pu sembler durer des éternités, le lord tâcha de faire une chronologie des évènements. Il avait reçu un rapport de la part de son futur supérieur sur le lieutenant-Gabriel Eideard, il devait faire une enquête sur ce dernier, mais rapidement le dossier lui fut retiré sans raison particulière, mais quelqu'un, surement décédé depuis, fut envoyé pour lui remettre un pot-de-vin pour oublier cette histoire. Une erreur, car c'est cette proposition qui avait plongé Hobbes dans ce complot, découvrant la trame de celui-ci, des noms qui se murmuraient, des documents qui circulaient. Il avait même rendu visite plus d'une fois à la femme de Gabriel pour la soutenir. Hobbes regrettait une chose, son manque de discrétion dans cette affaire, la curiosité le poussant à poser des questions et se trouvait aux endroits qu'il ne fallait pas. On connaissait la suite, les Indes, l'accident mortel et la déchéance du pirate. Un rire, très différent du précédent s'échappa de ses lèvres,
    _ Mon pauvre ami, je suis dans cette histoire jusqu'au cou depuis le jour où mon supérieur est venu me remettre un rapport vous concernant. »
Il aurait voulu rajouter quelque chose lorsque, comme son ami dont les sens une fois de plus n'avaient pas trompés, il entendit des bruits de pas. Sortant sa montre de sa poche il pu lire l'heure, c'était la première ronde qui suivait le couvre-feu, il attrapa par le bras le pirate afin qu'ils se coincent tout deux entre deux caisses. Munit d'une lanterne, l'un des soldats s'approcha dangereusement de leur cachette, affirmant qu'il avait entendu des bruits. Le lord serra fermement le poignet du pirate pour lui faire comprendre d'attendre avant de se jeter sur les deux hommes. Il ferma les yeux espérant que ses imbéciles ne les voient pas, sinon, il entendait déjà Elvira prônant sa victoire prenant la main dans le sac le représentant de la Royal Navy a couvrir un pirate, après le couvre-feu de la ville. Pas tant qu'il n'avait pas joué ses cartes. La lanterne se rapprochait, s'il avait ouvert les yeux, Stamford aurait même pu distinguer les traits du soldat, il sentait aussi Gabriel qui n'allait pas tarder à le faire lâcher prise. C'est à ce moment-là, en levant la lanterne un peu trop haute que le félin qui les observait sauta de sa caisse, le dos rond et crachant afin de démontrer son mécontentement avant de filer en courant. Le collègue du soldat éclata de rire, alors que le concerné avait sursauté surpris par l'animal, il lâcha un juron avant de s'éloigner des deux hommes. Une fois que les bruits se dissipèrent Hobbes lâcha un soupire, il retira sa main du poignet du pirate afin de se dégager de leur cachette de fortune et eut un rire léger lorsqu'il se tourna de nouveau vers son compagnon et chuchota à son attention,
    _ Pourquoi ai-je le sentiment qu'à chaque fois que nous nous croisons, il faut que l'on se retrouve à éviter des soldats de la marine ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cpt. Gabriel L. EideardCaptain ° seek the truth in blood

« Inscrit(e) le » : 18/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 286
« Where are you ? » : Là où les vents et les courants l'emporte
« RP Age » : 38 ans
« What do you want ? » : Il y a des personnes sur ses Mers qui doivent périr ...
« Quote » :

    " Un homme a toujours le droit de se venger, si peu que ce soit ; la vengeance est bonne pour le caractère ; d'elle naît le pardon. "



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Pirate
« Profession Exercée »
: For me ... and the piracy
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Mer 24 Fév - 20:14


      " Mais non seulement vous l'avez dit, mais pensé. "


    Gabriel qui avait à nouveau osé plonger son regard pâle dans les yeux sombres de Stamford, voulu démentir mais il se souvenait y avoir pensé très sérieusement quelques secondes avant de prononcer ses paroles. Mais il avait fait cela dans un excès de rage douloureuse, souvent le réflexe d'un homme blessé était de faire mal à son tour peut être que c'était cela qu'il avait inconsciemment cherché. Le pirate qui avait ouvert la bouche quelques temps plutôt pour contredire le murmure du Lord, finit par refermer ses lèvres. Pas la peine de prolonger le sujet, la bêtise avait été dites ce qui a été prononcé ne pouvais être retiré. Ces mots étaient donné au bon soin de la mémoire de chacun et il y avait une chance qu'il soient oublié avec le temps. Le silence qui suivit ses derniers mots plana quelques temps ce qui donna donc à Gabriel tout le loisir de fuir à nouveau le regard de Hobbes. Certes, à présent il ne le fuyait par pour la même raison mais il continuait de le faire avec obstination. L'unique spectateur de cet étrange spectacle était le félin, assis sur ses postérieurs, ses yeux observaient le duo en contre bas avec un intérêt très volatile. Le pirate qui avait posé ses yeux sur lui pivota rapidement son visage vers les quais, à nouveau un son l'avait attiré. Mais il fut sérieusement perturbé par le rire et les paroles de Stamford qui suivirent.

      " Mon pauvre ami, je suis dans cette histoire jusqu'au cou depuis le jour où mon supérieur est venu me remettre un rapport vous concernant. "


    Gabriel tourna son regard vers son interlocuteur en oubliant momentanément le bruit qu'il venait pourtant d'identifier. Les traits de son visage exprimaient une certaine surprise dissimulé sous l'interrogation que ses yeux pâle lançait à Hobbes. Était-il véritablement possible qu'il ...
    Cette fois le son étant vraiment trop proche, ses instincts renvoyèrent au tapis toutes réflexion. Son visage retrouva son masque froid de détermination, des soldats approchaient cela allait être serré. Le pirate allait tirer sa dague de sa cachette quand son poignet gauche fut attrapé par Stamford qui l'entraina dans une cachette bien exigu. S'ils n'avaient pas été à Port Royal ou dans un quelconque endroit sous domination Britannique cette situation aurait surement fait sourire Gabriel et aurait fait remonté bien des souvenirs à la surface. Mais dans l'immédiat notre homme se voyait intimer par son ami à l'inaction, il tenait fermement son poignet et donc, par la même occasion, le fourreau de sa dague. Certes cela n'empêchait guère notre homme de sortir son arme mais l'exiguïté du lieu faisait qu'il ne pouvait pas faire ce mouvement sans que leur présence ne soit dévoilé. Cependant le pirate tentait, dans un bras de fer silencieux, de ramener son bras à lui. Mais lorsque la luminosité de la lanterne s'approcha il ferma ses yeux, s'il y avait bien quelques chose qui attirait un œil curieux c'était l'éclat d'un objet réfléchissant. Sa bague étant coincé d'une manière on ne peut plus inconfortable contre une caisse, il n'y avait plus que ses yeux qui étaient capable de renvoyer à la lampe sa clarté incandescente. Privé du regard ses autres sens prirent le relais, c'est ainsi qu'il sentit que son épée était dans une position telle qu'il ne pourrait guère s'en servir rapidement en cas de besoin et accessoirement la garde imprimait consciencieusement sa marque sur sa hanche. Mais ce qui intéressait plus Gabriel était ce qu'il entendait, ainsi il devina facilement que le soldat n'était guère loin et qu'il ne fallait pas grand chose pour qu'il découvre le duo coincé entre deux caisses. Son corps était prêt à l'effort qu'il allait probablement devoir fournir mais lorsqu'il fut arrivée à deux doigts de pouvoir libérer son poignet de l'emprise de Hobbes une aide providentielle et totalement imprévu tomba littéralement de haut. Le félin, apparemment dérangé par ces nouveaux visiteurs sauta de son perchoir et souffla avec véhémence sur les soldats. L'évènement imprévu fit rire l'un et pester l'autre mais le principal fut qu'ils s'éloignèrent tout deux. Il s'écoula quelques secondes tandis que les deux compères s'assuraient d'être à nouveau seul. Gabriel ouvrit les yeux quand il ne sentit plus la clarté de la lanterne et quelques temps plus tard il pu retrouver l'usage de son poignet et sortit à la suite de Hobbes.

      " Pourquoi ai-je le sentiment qu'à chaque fois que nous nous croisons, il faut que l'on se retrouve à éviter des soldats de la marine ? " Gabriel avait beau partager l'amusement de son ami, les traits de son visage ne le manifestèrent pas. Machinalement il re-ajusta le fourreau de sa dague autour de son poignet. " Ça n'a pas l'air de vous déranger. Vous n'étiez pas obligé de vous cacher avec moi, j'en déduit donc que ce genre de chose vous amuse plus qu'autre chose. "


    Traduction, même si son visage ne l'exprimait pas Gabriel était bien amusé. C'était une certaine forme de nostalgie qui s'exprimait là, pas vraiment une nostalgie de ce genre de situation cocasse, il pouvait très bien y avoir affaire tout seul, mais du temps qu'ils avaient passé ensemble. Une époque on ne peut plus florissante qui n'avait jamais manqué d'intérêt. Une fois qu'il se fut assuré que sa dague était en place, il observa les alentours, ce lieux était bien trop fréquenté à son goût. Mais tandis qu'il pensait à cela les dernières paroles de Hobbes avant l'arrivée de soldats lui revinrent en esprit, aussitôt son regard se posa sur le Lord. Qu'avait-il voulut laisser entendre en disant cela ? Était-il possible que à un moment ou un autre il se soit mêler de cette sombre trame ?

      " Je ne devrais pas rester là, je ne suis pas quelqu'un de très fréquentable pour vous en ce moment. "


    Comment ça il changeait de sujet ? Il essayait de noyer le poisson c'est vrai, même maintenant qu'il savait que Hobbes avait mit son grain de sel dans l'affaire. Mais le fait qu'il n'ai pas pu empêcher le dénouement final était une précieuse information en soi. Et de toute manière dans l'état actuel des choses Gabriel ne voyait guère ce que l'aide de Stamford pouvait lui apporter, d'autant plus qu'il risquait de basculer lui aussi du côté ingrat de la société s'il voulait emprunter cette voie. Cela notre pirate ne voulait pas en être la source, la condition actuel de Gabriel lui apportait certes de la liberté, mais il souffrait aussi d'une exclusion du monde qui avait été le sien et cette situation il ne le souhaitait à personne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Jeu 25 Fév - 13:40

Lorsqu'ils étaient de jeune lieutenant, indiscipliné et tête de mule, les deux hommes s'étaient retrouvés plus d'une fois dans des situations pas possibles où leur grand jeu était de faire tourner en bourrique leur supérieur et faire le mur pour aller retrouver leur belle d'une nuit. Bien entendu, l'enjeu n'était pas aussi grand et le nombre de blâme que Gabriel avait reçu était presque le double de ce que Stamford avait eu, toujours capable de se sortir de ses propres combines, mais il n'échappait pas au cachot et parfois même l'évitait à son compagnon, char à revanche après tout. Autant de situation absurde et loufoque loin, très loin d'être digne des hommes les plus exemplaires dans la marine au niveau de la discipline. Par contre, lorsqu'il s'agit de stratégie et combat, c'était généralement des références pour les plus jeunes et des recrues fort prometteuses aux yeux de leur supérieur. Gabriel ignorait pourquoi, son aîné d'un an avait tout laissé tomber pour rentrer dans la police alors qu'il avait tout sauf le profil d'un membre de l'autorité policière. Non, il n'était pas taillé pour le poste, mais il avait grimpé les échelons, menait des enquêtes avec ses méthodes, même si elles étaient contestées, il était le meilleur dans son domaine et sans arrêt défendu. Le contraire de son ami qui restait fidèle à son tempérament de feu et impulsif. Les choses ne changeaient pas, il aimait être mêlé dans des affaires délicates et mettre son nez, là où il ne fallait pas, c'était à ce moment qu'il pensait faire la bonne chose et cela de façon totalement libre. Un paradoxe, ou une illusion, pour le moment ça l'avait bien réussit et il savait où il allait ou du moins où il voulait aller.
    _ Ça n'a pas l'air de vous déranger. Vous n'étiez pas obligé de vous cacher avec moi, j'en déduit donc que ce genre de chose vous amuse plus qu'autre chose. »
Stamford lâcha un léger soupire, non en effet il n'était pas obligé de se cacher, il aurait pu en effet tout simplement entrer dans la lumière et leur dire qu'il était là, seul et qu'il n'y avait pas à s'en faire. Ce qui aurait pu lancer une discussion interminable ou bien entrainer une suspicion chez ces bons soldats soucieux de faire leur travail jusqu'au bout. Ils auraient aussi rajoutés que Stamford ne devrait pas se balader seul ainsi la nuit, que le couvre-feu était aussi conseillé aux nobles avant de lui faire part de leur attention d'apparaitre sur leur rapport. Oui, c'était certes la meilleure solution pour le brigadier de se faire ensuite surveiller en permanence par les hommes de Elvira, celle-ci voulant connaitre les raisons de la présence de Hobbes au port à cette heure si tardive, tout comme soucieuse de savoir s'il manigançait quelque chose, un complot tout simplement. Par exemple du repérage pour savoir comment faire pénétré un navire pirate ou bien connaitre la faiblesse de la compagnie des Indes et son organisation portuaire. La paranoïa du gouverneur était prise très au sérieux par le lord, même plus qu'au sérieux, il devait la prendre avec des pincettes, c'était une chose de jouer le plus malin et provocateur, s'en était une autre de jouer l'imprudent et l'inconscient. Non, la jeune femme pourrait tout imaginer de sa présence à cette heure de la nuit et à cet endroit précis, surtout que rien ne pouvait empêcher les deux hommes à demander au lord où il était caché avant de sortir de l'obscurité. Non, très franchement, ce n'était pas la meilleure stratégie à adopter, pas lorsqu'on avait encore l'occasion de jouer avec son objet d'observation préféré qu'était devenu Elvira suite à leur entrevue. Il en jubilait d'avance de passer à un second round contre la belle, il aimait faire face à la superbe de son interlocutrice pour lui montrer ses failles et surtout son désintérêt pour elle.

L'analyse de Gabriel était tout à fait juste, ce genre de situation l'amusait et l'amuserait toujours. Il avait toujours aimé l'adrénaline qui montait doucement dans son esprit, l'excitant sur la situation et espérant vivre un peu plus d'action que quelque chose de monotone. Et de toute manière il avait dit cela, plus par simple nostalgie qu'un reproche, d'ailleurs il avait sentit que cela avait aussi amusé son interlocuteur qui devait aussi se poser des questions sur ce qu'avait affirmé son camarade. Il s'était mêlé à la trame, à ses risques et périls et surtout à ses risques. Cependant, une fois de plus, son interlocuteur changea de sujet,
    _ Je ne devrais pas rester là, je ne suis pas quelqu'un de très fréquentable pour vous en ce moment.
    _ Gabriel, vous êtes un imbécile et une tête de mule. Conclu son interlocuteur avec un air grave et sérieux sur son visage. Je crois avoir tout de même la possibilité de juger par moi-même la possibilité de décider qui sont fréquentables ou non. De plus c'est mal me connaitre d'affirmer le contraire. »
Oui, Gabriel devait savoir que notre misanthrope s'était exclu de la société depuis bien longtemps, le mieux que son poste lui permettait, ainsi que son titre. Il n'aimait pas forcément la compagnie de ses paires, il aimait les observer, les étudier, les entendre parler. Il aimait rarement les échanges sur des informations personnelles, mais adorer débattre sur des sujets avec eux. Oui, les observer, ça lui évitait de venir à eux et il en n'avait aucune envie. On pouvait tout lui reprocher, on pouvait l'aimer comme le détester, il n’en avait pas grand-chose à faire, s'il considérait que quelqu'un mérite son attention et son aide, c'était une exception. Le pirate devait aussi connaitre très certainement le tempérament de son interlocuteur, il choisissait ses fréquentions, pirate ou noble, peu importe, il assumait et il était prêt à tout. Il espérait très franchement que son ancien ami puisse le comprendre, s'il voulait être entraîné dans la spirale, il ne pourrait pas faire grand-chose contre. Surtout que Stamford avait déjà pris sa décision et choisis son camp depuis longtemps. Il ne le montrait pas encore, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cpt. Gabriel L. EideardCaptain ° seek the truth in blood

« Inscrit(e) le » : 18/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 286
« Where are you ? » : Là où les vents et les courants l'emporte
« RP Age » : 38 ans
« What do you want ? » : Il y a des personnes sur ses Mers qui doivent périr ...
« Quote » :

    " Un homme a toujours le droit de se venger, si peu que ce soit ; la vengeance est bonne pour le caractère ; d'elle naît le pardon. "



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Pirate
« Profession Exercée »
: For me ... and the piracy
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Jeu 25 Fév - 20:38


      " Gabriel, vous êtes un imbécile et une tête de mule.

      Je crois avoir tout de même la possibilité de juger par moi-même la possibilité de décider qui sont fréquentables ou non. De plus c'est mal me connaitre d'affirmer le contraire. "


    Bien, la tentative de Gabriel de noyer l'affaire avait lamentablement échoué. Sous le regard sérieux de Hobbes notre pirate soupira et passa machinalement un main sur sa nuque. Ce fut probablement le prémisse d'une reddition de notre homme. D'ailleurs à chaque fois que la situation s'était présenté, lorsque les deux hommes avait eu à confronter leur volonté c'était Gabriel qui avait lâché, d'une manière ou d'une autre, les armes en premier. Parfois il pouvait s'écouler du temps, chacun s'engageait alors sur la voie qu'il avait décidé mais Eideard avait toujours finit par rebrousser chemin pour rejoindre son ami. C'était ainsi et le Lord en avait souvent joué. Alors des deux têtes de mules il y en avait tout de même une plus forte que l'autre. On pourrait alors se demander pourquoi Gabriel osait même tenter de suggérer une autre voie. Pour l'instant présent on pourrait facilement suggérer que notre homme avait tenté le tout pour le tout en espérant qu'avec le temps Hobbes avait perdu de son obstination, de toute évidence ce n'était pas le cas. Mais autre fois, il lui était arrivée de faire cela lorsqu'il pensait réellement que son idée était la bonne et en général lorsque c'était véritablement le cas son ami finissait par l'admettre, non sans avoir longuement discuter du pour et du contre. Le pirate releva son visage lasse vers Hobbes confirmant ainsi qu'il s'inclinait.

      " De nous deux je pense que c'est tout de même vous la plus forte têtes. "


    Ne sachant vraiment que faire, notre homme soupira à nouveau et laissa retomber sa main le long de son corps. Observant pensivement son interlocuteur il en vint à se demander ce qui allait advenir de cet idiot de misanthrope qui lui tenait lieu d'ami. Un tel fricotage avec un pirate, cela lui apporterait surement quelques chose, reste à savoir quoi. Mais en attendant l'avenir il fallait se concentrer sur le présent. Les sens de Gabriel étaient toujours en éveille malgré la lassitude qui s'était emparé de son esprit et tous lui indiquait très clairement que cet endroit n'était pas sur et s'il y avait bien une seule chose que notre pirate n'accepterait pas c'est de se faire prendre. Tant que sa tâche ne serait pas terminé il se refusait de chuter, même pour un cours instant, atterrir entre les barreaux et ainsi risquer de mourir par la potence avant que tous est expié leur crime. n'était pas une option Cette détermination avait déjà une réussite à son palmarès, la compagnie des Indes n'avait guère eu le loisir d'imprimer sa marque sur lui. Depuis 4 ans aucun P de chair brûlé n'avait eu l'honteuse idée de se poser sur lui et il était bien décidé à ce que cela perdure. L'insaisissable capitaine du Cìanalas n'avait jamais été vu en dans les colonies Britannique et pourtant ses séjours avaient été plus que répétés. Un homme exceptionnellement bien renseigné pouvait essayer de suivre sa trace parmi des faits comme une patrouille nocturne retrouvé inconsciente ou assassiné mais il était difficile de savoir avec précision où il était passé, la marque de ses actions était aussi changeante que ses humeurs.

      " Que voulez-vous Stamford ? "


    Question peut être un peu difficile à comprendre mais dans le contexte de l'esprit de Gabriel elle était on ne peut plus clair. A présent qu'il acceptait à demi mot l'aide que lui proposait son ami, il voulait savoir de quel nature elle était faite. Selon toutes probabilités cela devait être des informations qu'avec son obstination il avait dû dénicher. Mais alors pouvait-il sortir cela ce soir ? Ici, au beau milieu du port de Port Royal ? Et il n'était guère certain que Gabriel sache garder son calme si tout devait être dit ce soir. De plus, il ne pouvait rester sur cette île trop longtemps. Le Cìanalas et son équipage était là, au nez et à la barbe de la marine Britannique, si pour l'instant rien n'attirait leur curiosité Gabriel redoutait que certain membre du navire décide de jouer les fortes têtes et en se rendant en ville, après un tour dans une taverne leur langue serait beaucoup plus délié. A partir de là, leurs chances de repartir paisiblement étaient quasi nulle. D'autant plus que la crique où ils avaient jetés l'ancre était certes très bien dissimulé mais il était diablement difficile d'en entrer et d'en sortir. Le chemin était très facile à barrer, donc autant éviter d'attirer l'attention. Alors voilà, que voulait Hobbes ? Il voulait entrer dans la danse, à lui donc de dicter les pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Lun 1 Mar - 6:50


©me à la demande de dradeechou ^^


Gabriel lâcha un soupire qui en disait long sur sa volonté de noyer le poisson, de changer de sujet. Enfin éviter le sujet sans l'admettre, Stamford lui adressa un léger sourire moqueur qui en disait long, long sur son hilarité. Bien entendu la situation n'avait rien d'autre et le pirate sentait bien qu'il allait devoir finir par se plier aux volontés de son ami, qui était bien plus têtu que lui. Oui, c'était un peu l'hôpital qui se fout de la charité, le lord il le savait très bien c'était généralement lui qui embarquait son ami dans les combines louche. Elles s'étaient toujours avérées être les bonnes et une réussite, mais non sans stress et parfois ils avaient eu besoin de passer par des chemins de traverse. Parfois même l'ex lieutenant avait même pris une voie différente avant de rejoindre son compagnon qui arrivait à chaque fois à lui démontrer qu'il avait non seulement raison, mais qu'il savait aussi comme il réagissait.

Le temps, les blâmes, les menaces ou alors les exclusions en l'envoyant à l'autre bout du monde n'avait pas changé Hobbes qui est toujours aussi obstiné et dès qu'il avait une idée en tête il y tenait sans lâcher l'affaire au plus grand damne de son interlocuteur. Stamford n'avait rien de précis en tête, il connaissait trop bien les risques qu'il courrait en fricotant avec Gabriel. C'était un déserteur, un pirate, un meurtrier, si cette rencontre arrivait aux oreilles de la jeune femme, mais elle lui tomberait dessus comme un faucon sur sa proie avec le plaisir le plus sadique de faire son échéance la pire humiliation de sa vie. Il était hors de question que ce soit aussi facile et de toute façon il avait des cartes à jouer avant d'en arriver là. La conversation qu'il avait avec le pirate devait donc rester entre eux et qu'elle mène à quelque chose qui rassure son ami et qu'il sache qu'il était soutenu jusqu'au bout et même face aux risques encouru. Le lord n'avait plus grand-chose à perdre, mais voulait l'aider avant tout.Ni l'un ni l'autre de toute façon semblait décidé de se laisser prendre tant qu'ils n'auraient pas réalisés leur tâches et projets respectifs. Ce qui n'était pas plus mal d'ailleurs, le premier voulait assouvir sa vengeance et ne dormirais, ne vivrais plus en paix tant que cela n'était pas accompli. Le second on n'était pas sûr, de toute façon on n'était jamais sûr avec Stamford si ce n'est qu'il tenait sa parole et ses promesses. Peu importe le camp des personnes qu'il décidait a défendre, sa décision ne pouvait être changé, au risque de perdre sa place. Comme un homme qui connaissait autant ses atouts, que ses faiblesses, il faisait en sorte d'avoir une longueur d'avance, d'être prêt à l'imprévu et que les personnes en face de lui soient plus vicieuses qu'il ne l'ait. Autant de choses et d'aspects qui faisaient de lui un alliés important sachant ô combien mettre ceux qu'on envoyait contre lui retourner leur veste. Il ne fallait pas le sous-estimer, certain le faisaient plus que d'autre. Gabriel savait au moins qu'il pouvait compter sur lui, s'il proposait son aide c'est qu'il avait quelque chose en tête. Il finit donc par hocher la tête, il s'inclinait donc face à l'obstination de son interlocuteur,
    _ De nous deux je pense que c'est tout de même vous la plus forte têtes. Son ami lui adressa un léger sourire moqueur, mais ne dis rien, Gabriel n'avait pas tort. Que voulez-vous Stamford ? »
Ce qu'il voulait. Voilà une excellente question qui méritait d'être posée, ce n'était pas forcément au pirate de la poser, le lord n'avait pas besoin de grand-chose si ce n'est de la confiance de son ancien ami. Après, il n'y avait aucune intention particulière, il n'avait jamais fait quelque chose pour le mérite, les grades ou pour avoir quelque chose en échange, mais parce que c'était la bonne chose à faire. Ce qu'il voulait. L'aider, mais cela il l'avait déjà dts et le répéter ne satisferait pas son interlocuteur qui voulait très certainement savoir ce qu'il avait derrière la tête ou peut-être simplement savoir ce que sa proposition cachait Stamford vérifia un instant que personne n'était dans les environs, réglant sa montre afin de prévenir le retour de la ronde. Et il se retourna vers Gabriel, un léger sourire amusé sur les lèvres,
    _ Je devrais vous retourner la question Gabriel. C'est plutôt ce que vous voulez savoir et ce que vous ne voudriez pas que je vous dise ce soir. Il s'appuya contre une des caisses. Si vous vouliez savoir ce que je fais à Port Royal, sachez que c'est dans le cadre d'une mission, mais aussi parce que j'ai décidé de venir ici en partie après avoir pris connaissance de certaines informations concernant le complot qui a coûté la vie à votre femme et fille. Ensuite si vous vouliez plutôt savoir ce qui motive ma proposition, dites-vous que c'est pour vous apporter l'aide nécessaire dans votre quête de rendre justice, ne vous souciez pas du reste et surtout pas de moi. »
C'était bien sûr inutile de rajouter cette demande, Gabriel avait autre chose que de se soucier de lui, tout particulièrement depuis qu'ils s'étaient perdus de vu et l'un, comme l'autre se porter très bien.


Dernière édition par Lord Stamford Hobbes le Jeu 11 Mar - 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cpt. Gabriel L. EideardCaptain ° seek the truth in blood

« Inscrit(e) le » : 18/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 286
« Where are you ? » : Là où les vents et les courants l'emporte
« RP Age » : 38 ans
« What do you want ? » : Il y a des personnes sur ses Mers qui doivent périr ...
« Quote » :

    " Un homme a toujours le droit de se venger, si peu que ce soit ; la vengeance est bonne pour le caractère ; d'elle naît le pardon. "



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Pirate
« Profession Exercée »
: For me ... and the piracy
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Lun 1 Mar - 21:45

    Le sourire moqueur du victorieux Hobbes fut accueillit d'une façon assez mitigé par Gabriel. Il y avait bien longtemps qu'il n'avait pas lâché de lest face à quelqu'un. D'ailleurs même si on remontait le fils de son histoire, ils étaient très rare ceux qui avaient réussi à obtenir ce genre de chose de sa part. Il y avait bien sur Stamford qui avait usé de ce pouvoir jusqu'à la corde, à plusieurs reprise celle-ci avait bien faillit casser pour revenir dans le visage du Lord. Après nous pouvons y ajouter Diane qui, elle, avait toujours usé de ce don avec la parcimonie et la délicatesse qui étaient siennes. Ensuite il faut véritablement remonter dans un temps lointain, car comme tous bambins Gabriel avait obéit à ses parents, même si sa mère avait toujours était plus efficace pour entendre raison à l'enfant agité qu'il avait été. Ils étaient donc au nombre de 4, même si on pouvait ajouter par-ci par-là quelques consentements à de vague silhouette comme on en rencontre durant une vie. Mais ils avaient été véritablement quatre à pouvoir affirmer une certaine ascendance sur notre homme et au jour d'aujourd'hui, parmi ces quatre être il n'y en avait plus qu'un qui foulait encore cette terre et ce dernier faisait face, à l'instant même, à Gabriel.

      " Je devrais vous retourner la question Gabriel. [...] ne vous souciez pas du reste et surtout pas de moi. "


    Notre pirate fut pensif quelques instants, sa main gauche repoussa le pan de sa veste qui dissimulé la garde de son épée et sa paume se posa sur ce bout de métal. Autrefois rutilante, cette garde avait perdu l'éclat des ors de la marine britannique pour devenir beaucoup plus discrète sans pour autant perdre de son efficacité. Gabriel c'était donc livré à un geste machinale, ses appuis c'étaient basculés à droite tandis que sa main gauche reposait sur l'arme. Stamford avait quant-à lui retrouvé ses airs nonchalant non sans vérifié sa montre, dans le contexte le pirate en déduit qu'il devait s'attendre à un nouveau passage de soldat. Une raison supplémentaire de ne pas trop traîner dans le coin.

      " Quels sont ces informations qui vous ont tiré jusqu'ici ? "


    Interroger Stamford, voila qui était inédit. Lui qui adorait tirer les vers du nez d'autrui n'avait jamais véritablement apprécié qu'on lui retourne la pareil. Mais bizarrement Gabriel avait dû mal à apprécier cette occasion, certes dans les plans, il décidait du sujet précis de la discussion et pouvait ainsi éviter ce qu'il ne voulait pas voir aborder. Mais ce n'étaient que des plans et le Lord pouvaient les changer à tout moment. C'est pourquoi notre pirate se limiterait à ce qui pouvait immédiatement être intéressant, il avait d'ailleurs déjà confirmation qu'il y avait bien quelques choses d'exploitable à Port Royal. Ses informations étaient donc juste et il avait su viser juste. Mais Gabriel avait la ferme intention de ne pas entrer plus en profondeur dans le sujet, ici et aujourd'hui, il est vrai que notre homme avait toujours vécu dans le temps présents mais ce soir il avait en plus une bonne raison de le faire. Pour ce qui était de s'inquiéter du sort de Hobbes, il était déjà peut être un peu tard, après tout Gabriel avait avoué ne pas le voir mêler à cette sombre affaire. Dix années avaient beau être passé le pirate se voyait confronter à la vivacité d'une amitié pourtant endormie depuis plusieurs années. Avec cela notre homme ne pouvait s'empêcher de songer à ce qui pouvait advenir de Stamford si quelques oreilles bien placés avaient vent de leur rencontre et de leur discussion. A cette pensée Gabriel détacha ses yeux froid du pétillement de ceux de son interlocuteur et observa les alentours.


Dernière édition par Cpt. Gabriel L. Eideard le Mar 2 Mar - 19:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Mar 2 Mar - 11:05

Gabriel fut pensif après la réponse de son interlocuteur qui restant sur ses gardes, s'était tout de même détendu. Il est vrai que ses coups d'oeil sur sa montre n'avaient rien de rassurant et ne détendraient pas le pirate qui devait finir par se dire qu'ils devraient au moins changer de planque. De toute façon, tenir en place son compagnon, c'était comme lui faire supporter une soirée officielle, difficile à retenir bien longtemps. Ils pouvaient toujours avoir une conversation en marchant, enfin, relevant son regard vers le capitaine, ce dernier lui demanda alors,
    _ Quels son ces informations qui vous ont tiré jusqu'ici ? Stamford referma de nouveau sa montre, se décollant de la caisse et fit signe à Gabriel de le suivre tout en lui répondant dans un murmure,
    _ Des informations confidentielles que mon supérieur m'a remis. Bien qu'il n'y ait aucune possibilité de le lier avec ces informations, il sait beaucoup de choses sur ce complot. C'est lui qui m'a mis sur votre dossier au départ, avant que l'on me retire et on a essayé d'acheter mon silence avec des pots de vin. »
Autant lui donner les informations dans l'ordre, tout en essayant de les faire sortir de leur cachette, qui s'avérait être une faiblesse dans ce cas précis. Ils se plaquèrent contre un mur pour laisser deux hommes qui se dirigeaient vers une taverne.Hobbes savait que son ami aurait besoin de rapidement rejoindre ses hommes et d'éviter les rondes des soldats ainsi que toutes personnes suspicieuses. Il n'était pas là depuis très longtemps, mais Stamford connaissait déjà la ville comme sa poche, de toute façon après avoir vécu à Londres, Port Royal pour lui était un petit voyage, voir un quartier. Une fois que les deux hommes se sont éloignés ils reprirent leur marche discrète et il poursuivit,
    _ Vous devez vous douter que cela avait alerté ma curiosité plus qu'autre chose. Enfin, passons les détails pour revenir sur ce qui m'a amené ici : juste avant mon départ, avant même ma décision de partir, mon supérieur m'a remis des documents, qui finalement justifiaient ma décision d'aller mettre mon nez dans la politique de la Compagnie des Indes et en particulier celle du gouverneur Grey. »
Ils se plaquèrent une nouvelle fois contre un mur, c'est la patrouille qui faisait demi tour, les deux soldats passèrent devant eux sans les remarquer et une fois qu'ils eurent disparu, il y eut un soupire collectif. Cette situation lui rappelait de nombreuses situations lorsqu'ils étaient à Londres. Cependant, ce n'était pas aussi amusant qu'à l'époque, l'heure était grave et ça se lisait sur le visage des deux hommes. C'est vrai que même la situation était assez particulière, le lord s'était laissé interrogé par son ami alors que généralement il répondait aux questions avant que l'on le lui pose. Il n'aimait de toute façon pas être interrogé, il n'avait rien à cacher et toutes les questions que l'on lui posait n'en étaient pas de vrais ou absurdes. Dans ce cas précis, il l'avait demandé à Gabriel, de lui poser les questions qui le tracassaient ou bien s'il voulait tout simplement aller à l'essentiel. Il s'avérait que le pirate voulait réellement écourtait la conversation, qui a dû trop durée pour lui. D'accord, le lord respectait cette volonté que n'avait même pas énumérée son interlocuteur se lançant donc dans cette escapade pour l'aider à sortir de la ville en évitant toute rencontre pouvant montrer le signe de son passage. Stamford retint Gabriel qui s'apprêtait à reprendre leur route ne sachant pas réellement où le lord voulait l'emmener, mais au moins ils s'éloignaient de la ville. Le lord venait donc de retenir son compagnon, se mettant face à lui et ancrant son regard dans celui du pirate,
    _ Ne vous méprenez surtout pas. Je ne peux pas affirmer quoi que ce soit pour le moment et je ne suis pas en train de vous dire qu'elle en est responsable. Laissez-moi du temps, je ne pourrais pas vous être utile si vous finissez derrière les barreaux pour le moment. Un bruit l'obligea a se plaquer contre le mur de nouveau, rien à signaler et il attrapa le col du pirate pour le maintenir une nouvelle fois. Est-ce que j'ai été assez clair ? Sérieusement Gabriel, j'ai bien compris que vous n'en ferez qu'à votre tête, mais j'ai évolué onze ans dans ce domaine et les jeux de pouvoirs ne fonctionnent qu'avec de bonne base. Vous ne voulez pas mourir et je ne le veux pas non plus, donc vous allez devoir vous contenir comme vous le faites avec vos hommes. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cpt. Gabriel L. EideardCaptain ° seek the truth in blood

« Inscrit(e) le » : 18/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 286
« Where are you ? » : Là où les vents et les courants l'emporte
« RP Age » : 38 ans
« What do you want ? » : Il y a des personnes sur ses Mers qui doivent périr ...
« Quote » :

    " Un homme a toujours le droit de se venger, si peu que ce soit ; la vengeance est bonne pour le caractère ; d'elle naît le pardon. "



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Pirate
« Profession Exercée »
: For me ... and the piracy
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Mar 2 Mar - 20:19

    On aurait put penser que les nuages londonien avaient fait le voyage jusque sur l'île des Caraïbes. La lune, pourtant presque pleine n'arrivait pas à se frayer un chemin parmi les volutes sombres. Mais Gabriel n'allait guère se plaindre car cette obscurité était bien la seule chose favorable qui rendait leur "cachette" un peu plus discrète. Stamford referma à nouveau sa montre ce qui fit baisser les yeux clairs de son interlocuteur sur lui. D'un signe ils se mirent tout deux en marche et le Lord se lança dans sa réponse.

      " Des informations confidentielles que mon supérieur m'a remis. [...] avant que l'on me retire et on a essayé d'acheter mon silence avec des pots de vin. "


    Gabriel écouta sans un mot, il observait machinalement les alentours durant leur progression. Un sourire amère vint tout de même titiller la commissure de ses lèvres. Quelques choses lui disait qu'acheter le silence de Stamford revenait à produire l'effet totalement inverse. C'était donner une raison supplémentaire à cette tête de mule de foncer dans le tas, autant agiter un drapeau rouge devant les cornes d'un taureau. Néanmoins cela confirmait les suspicions de Gabriel, il y avait bien des hauts placés dans l'affaire. Ce qui le ramenait toujours à la même question, qui avait-il bien put froisser au point d'en arriver à une telle explosion de violence ? Certes au niveau exacerbation des sentiments Gabriel était bien loin d'être un novice mais de là à commettre un tel acte .... Notre pirate stoppa là sa réflexion lorsqu'il se plaqua de concert avec Stamford contre un mur. Deux hommes passèrent alors non loin, bien loin de savoir qu'ils étaient observés par deux regards sortant de l'obscurité. Une fois certain d'être à nouveau seul le duo reprit sa marche et le Lord continua.

      " Vous devez vous douter que cela avait alerté ma curiosité plus qu'autre chose. [...] en particulier celle du gouverneur Grey. "


    Les sourcils de Gabriel se froncèrent tandis que son visage affichaient des traits plus que perplexe. Avait-il bien compris ce que sous entendait Hobbes ? Tandis qu'à nouveau il se retrouvait plaquer contre un mur dans le but d'éviter une patrouille, notre pirate laissa au Lord le soin d'observer la progression des soldats. Suggérait-il que Elvira Grey soit mêler à ça ? Totalement absurde, invraisemblable, elle n'aurait pas put fomenter cela. Totalement perdu dans un méandre intérieur Gabriel suivit machinalement le mouvement avant de se heurter au bras de Stamford. N'étant plus très alerte, il baissa son regard vague vers Hobbes qui lui affichait un sérieux à toute épreuve.

      " Ne vous méprenez surtout pas. [...] je ne pourrais pas vous être utile si vous finissez derrière les barreaux pour le moment. "


    Alors il avait bien compris, il soupçonnait Elvira d'être mêler à cette ignoble histoire. C'était totalement ridicule, Gabriel refusait catégoriquement d'y croire. La femme qu'il avait connu n'avait pas pu faire cela.

      " Je ne pense pas qu'il soit intéressant de s'égarer sur cette piste sans issu. "


    L'espace d'une seconde l'esprit de Gabriel réussit tout de même à émettre une hypothèse dans le sens de ce que suggérait Stamford. Certes la Elvira qu'il avait connu n'aurait put faire cela mais il savait aussi qu'il y avait tout un pan de la personnalité de la jeune femme qu'il ignorait. Il avait dû y faire face une seule fois et cela l'avait totalement déstabilisé. Mais cela ne dura qu'une seconde car l'homme ne voulait pas y croire et sa volonté était bien plus forte que sa raison. Il allait repartir comme pour tirer un train sur cette idée qu'il trouvait totalement inconcevable, lorsque Hobbes le saisit au col pour le retenir.

      " Est-ce que j'ai été assez clair ? [...] donc vous allez devoir vous contenir comme vous le faites avec vos hommes. "


    Cette fois la surprise et l'énervement se peignirent sur son visage et le pirate saisit le poignet de son ami pour le faire lâcher prise. Tout d'abord surpris par le geste du Lord, Gabriel fut bien vite agacé de se voir ainsi attraper. A cela ajoutez le fait que son interlocuteur se trompe totalement sur le compte de Elvira et qui lui venait à l'esprit l'idée totalement fantasque que Gabriel puisse tenter quelques choses contre la demoiselle. Oui, le tempérament de notre ancien lieutenant revenait au galop, sa prise sur le poignet de Hobbes se fit plus ferme et il ne serait pas étonnant que les doigts de son ami blanchissent devant le manque d'afflux sanguin.

      " C'est ridicule. Je ne tenterais rien contre Elvira, elle n'a rien à voir là dedans. "


    Comment ça un lapsus ? Bon, il est vrai que si Gabriel n'avait pas été aussi agacé il s'en serait mordu la langue d'avoir ainsi prononcer le prénom de la demoiselle. A l'époque de sa relation avec la jeune Lady il trainait déjà depuis un bout de temps avec Stamford et il avait magnifiquement réussit à dissimuler l'identité de cette dernière à son ami. Aucun lapsus comme celui-ci n'avait filtré et le mystère était demeuré entier jusqu'à ce qu'il lui présente Diane. Enfin bref, revenons à l'instant présent qui était assez tendu. Gabriel refusait catégoriquement la possibilité que Grey soit une des sources de ses souffrances, mais il savait aussi qu'il était presque impossible d'arrêter Stamford quand il était lancé. Le pirate se contenterait donc de le laisser entrer droit dans le mur et de voir s'il pouvait soutirer des informations plus pertinentes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Mer 3 Mar - 9:56

    _ Je ne pense pas qu'il soit intéressant de s'égarer sur cette piste sans issu. »
Stamford n'avait même pas pris en compte la remarque, il l'avait entendu, mais très certainement pas relever. Il était déjà assez tendu comme ça, surtout que contrairement à son interlocuteur il connaissait très bien Elvira, que ce soit ses méthodes et son caractère. Bien entendu, la suspicion était absurde, il était le premier à le dire, qu'aurait t-elle gagné à détruire la vie de Gabriel et surtout qu'est-ce qui l'a amenée à s'aventurer dans un complot. Le lord s'était posé la question, il connaissait la jeune femme et sa réputation ayant été un de ses prétendant il y a bien longtemps, mais cela il n'était même pas sûr que son compagnon le sache tout comme il ne savait pas, avant qu'il ne soulève cette hypothèse, que son ami avait été très proche du gouverneur à une époque. Comme quoi le monde aristocratique et de la bourgeoisie était bien petit, Elvira avait dû essayer plus d'un parti avant de craquer sur le beau lieutenant. Enfin, il craignait tout de même que si ses doutes s'affirment que Gabriel réagisse au quart de tour, impulsif et borné qu'il était il pourrait se jeter dans la gueule du loup. Il connaissait son ami comme ce dernier le connaissait, ni l'un ni l'autre avait réellement changé, le premier plus sombre, le second plus pénible, avec l'âge surement plus, qu'avec ce qui lui était tombé dessus.

Il avait saisi son compagnon de façon assez violente, l'air sérieux et grave semblait surprendre et énerver son interlocuteur. La main de ce dernier s'agrippa alors au poignet de Stamford qui baissa quelques secondes son regard vers celle-ci, avant de le relever vers son interlocuteur,
    _ C'est ridicule. Je ne tenterais rien contre Elvira, elle n'a rien à voir là dedans. Un ange passa. Un lourd silence suite à la réplique de Gabriel qui tenait de plus en plus fermement le poignet du lord.
    _ Plait-il ? »
Demanda t-il un peu par réflexe avant de finalement lâcher son interlocuteur qui relâcha légèrement la pression, mais gardant emprisonné le poignet de Hobbes. Ce dernier, après avoir sondé le regard du pirate lâcha un éclat de rire. C'était un lapsus, idiot, mais s'en était un que venait de faire son ancien collègue. Il avait donc vu juste sur ses soupçons qu'ils avaient tous les deux eu une relation plus qu'amicale. Une raison supplémentaire de poursuivre son investigation alors, parce que si son ami avait rompu leur engagement, la jeune femme, rancunière comme Stamford la connaissait aurait très bien pu prendre part au complot. Cependant, la réaction, naturelle de son interlocuteur lui avait fait bien comprendre qu'il était loin, très loin de son avis. Rien à voir là-dedans, il ne fuyait pas que la vérité, mais des choses qui pouvaient être évidentes. Il n'avait aucune preuve, aucun moyen de convaincre son ami de ce qu'il avançait. Si ce n'était sa parole et son expérience, mais cela était de heurter à celle de Gabriel. La première chose était de se calmer, il inspira un grand coup,
    _ Non, elle n'a rien avoir là-dedans, elle est l'innocence incarnée comme je suis la joie de vivre. J'ai insisté sur le fais que je ne l'ais pas dis, mais cela reste mon filon le plus exploitable, que votre coeur sensible le veuille ou non. Je sens très bien de ce qui pourrait arriver si elle avait un rapport quelconque avec cette affaire et je refuse de lui en donner la satisfaction. Il hésita un instant, avant de lâcher un soupire. Tout ce que je dirais de toute façon, ne pourrait vous convaincre à ce sujet. Maintenant, si vous voulez bien me rendre mon poignet, histoire que je vous montre le meilleur moyen de quitter la ville. »
Sa voix était devenue froide, voir glaciale, si Gabriel refusait les évidences et la main qu'il lui tendait, il n'avait aucune raison d'insister, s'était à son compagnon que revenait ce choix de toute façon. Il serait là de toute façon en cas de pépin et répondrait présent s'il l'a besoin de lui. Pour le moment, il ne pouvait pas faire grand-chose, il n'était pas du genre à être défaitiste, mais c'était peut-être mieux que son interlocuteur le croit ainsi. Cela le rassurerait peut-être un peu, même s'il se doutait que ça n'arrêtera pas le lord dans son enquête. Comme ça ne l'empêchera pas de revenir sur son jugement après avoir analysé la situation à froid et seul. La conversation n'avait peut-être que trop duré au goût du pirate et s'il ne voulait pas tout emmagasiner d'un coup soit, Hobbes attendrait le temps qu'il faudra.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cpt. Gabriel L. EideardCaptain ° seek the truth in blood

« Inscrit(e) le » : 18/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 286
« Where are you ? » : Là où les vents et les courants l'emporte
« RP Age » : 38 ans
« What do you want ? » : Il y a des personnes sur ses Mers qui doivent périr ...
« Quote » :

    " Un homme a toujours le droit de se venger, si peu que ce soit ; la vengeance est bonne pour le caractère ; d'elle naît le pardon. "



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Pirate
« Profession Exercée »
: For me ... and the piracy
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Mer 3 Mar - 18:09

    La poigne de Gabriel serrait dans son étau le poignet de Stamford, il n'était pas vraiment certain que le pirate ai véritablement conscience de la force qu'il utilisait pour cela. A vrai dire ses muscles ne faisait que répondre à sa nervosité et sa main s'était agrippé à une des causes de son problème. Les yeux aciers cette fois ne fuyaient pas le regard sombre du visage qui leur faisaient face. La scène donnait ainsi l'impression qu'un duel silencieux avait lieu même si pour cela il fallait plus se baser sur Gabriel que sur Hobbes. Le pirate n'eut conscience de son lapsus que lorsque le Lord le lui fit remarqué.


      " Plait-il ? "


    L'espace d'un quart de seconde les traits agacés du pirate flanchèrent dans l'interrogation. Le temps que l'esprit de Gabriel ne trouve la source que cette question. Mais aussitôt l'énervement reprit ses droits et fut d'ailleurs redoublé par la bêtise qu'il avait lui même commise. Parfaitement capable de s'agacer tous seul, la tension colérique de Gabriel montait progressivement sous les forces conjugués du sous entendu de Hobbes, du geste qu'il avait eu envers lui, du lapsus qui donnait du grain à moudre à sa théorie rocambolesque et au fait qu'intérieurement il déployait des trésors de conviction à entériner la possibilité que Elvira Grey soit mêler à ça. Bref la sauce prenait toute seule d'autant plus que Stamford jugea bon de lâcher un éclat de rire à cet instant précis. Comme un thermomètre la poigne de Gabriel se raffermissait sur sa prise tandis que sa main de libre se crispait elle aussi.

      " Non, elle n'a rien avoir là-dedans, elle est l'innocence incarnée comme je suis la joie de vivre. "


    Le bruit caractéristique du cartilage rencontrant violemment quelques os se fit entendre. Le cynisme ostensible de Stamford qu'habituellement Gabriel arrivait à géré avait aujourd'hui fait déborder le vase. Son poing gauche était venu directement sur le nez du Lord ce qui eu pour effet de faire lâché prise ce dernier. Néanmoins le pirate gardait sa main fermé sur le poignet de son puching ball du moment.

      " J'ai insisté sur le fais que je ne l'ais pas dis, mais cela reste mon filon le plus exploitable, que votre cœur sensible le veuille ou non. Je sens très bien de ce qui pourrait arriver si elle avait un rapport quelconque avec cette affaire et je refuse de lui en donner la satisfaction. "


    Stamford eu tout le loisir de constater que Gabriel hésitait à lui en mettre une couche supplémentaire tandis qu'il reprenait tant bien que mal la parole. Son bras gauche était armé pour un nouveau coup et tressauta plusieurs fois avant qu'un éclat de jugement face incliner la rage froide qui s'était emparé de lui. Sa main retomba le long de son corps quand doucement son esprit prenait conscience de ce qu'il venait de faire. Comme quoi il y avait bel et bien des sujets à ne pas aborder avec lui même lorsque l'on se nommait Stamford Hobbes. Gabriel détourna le regard, pas par honte car il n'en était guère arrivée à ce stade mais parce que même dans la rage froide qui s'était emparé de lui, il s'opposait à l'éventualité de passer son humeur sur Hobbes. Et il était bien plus facile de faire cela en regardant ailleurs que dans les yeux bruns du Lord.

      " Tout ce que je dirais de toute façon, ne pourrait vous convaincre à ce sujet. Maintenant, si vous voulez bien me rendre mon poignet, histoire que je vous montre le meilleur moyen de quitter la ville. Gabriel rendit dans un geste rageur, le poignet à son propriétaire.
      " Vous n'êtes qu'un imbécile. "


    Oui, cette réplique ne brillait guère d'intérêt mais c'était la seule chose que notre pirate arrivait à produire sur l'instant. En proie à une colère que son interlocuteur avait semé en lui en envoyant une suggestion cruelle dans son esprit et que lui même avait très rapidement aider à pousser, Gabriel n'était guère apte à prendre conscience de ce qui avait autour de lui en ce moment. Il ne constata donc pas qu'une faible luminosité commençait tout juste à dessiner son cercle dans l'étroite ruelle qui était derrière lui.

      " Je n'ai pas finis ce que j'avais à faire ici, alors à moins que vous n'ayez rien d'autre de plus pertinent à me donner, nos chemins se sépareront ici. "


    Toujours les yeux rivés au sol, le pirate se dépatouillait avec son excès d'humeur et n'arrivait guère à en sortir. Pourtant il aurait dû en avoir l'habitude, à force de patauger dans cette mélasse intérieur il devrait finir par connaître le chemin qui menait à la sortie. Mais ce n'était guère le cas d'autant plus que sa volonté lui faisait défaut. Ayant était fortement mise à l'épreuve cette soirée, elle semblait vouloir se mettre en sommeil. Certes dans l'immédiat il n'était pas vraiment en mesure d'écouter Stamford mais ce n'était peut être que l'affaire de quelques secondes, ou minutes. Minutes qu'ils n'auraient peut être pas tout de suite car si Gabriel devait tout d'abord reprendre le contrôle de son esprit, au vue de la progression de la luminosité dans son dos, les deux compères allaient rapidement tomber nez à nez avec une patrouille.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité


MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Mer 3 Mar - 21:33

Généralement Hobbes avait tendance à être habitué au saut d'humeur de ses interlocuteurs et il était vrai que généralement ça partait tout seul. Vous savez une claque de la part d'une dame parce qu'il avait dépassé les limites dans ses remarques misogynes. Le point d'un membre de la marine suite à une remarque déplacée ou une moquerie qui pouvait être absolument innocente aux yeux des autres sauf du concernés. Lorsqu'on est quelqu'un de franc voir trop bavard, généralement on devait faire face à des conséquence dont les saut d'humeur en faisaient partit. Une claque, un coup de poing, une épée sous la gorge ou encore être mis en joue. Étant passé par tout cs stades et aimant tout particulièrement tester les limites de ses interlocuteurs, amorcés des coups étaient le dernier souci de Stamford, même lorsque c'était de la part de son ancien compagnon. C'est donc le poing gauche qui vint rencontré le visage du lord qui lâcha sa prise sur le pirate faisant un pas en arrière avant de porter sa main au visage grimaçant légèrement avant de relever les yeux vers son interlocuteur qui, non pas gêné par son geste, mais très certainement au bout de l'explosion ou tout du moins dans la volonté d'en remettre un autre, détourna le regard.

Hobbes ouvrit de nouveau la bouche pour répondre plus froidement à son ami qui lâcha son poignet rageusement avant de lâcher quatre mots qui fit sourire le lord. Voilà que maintenant c'était Gabriel qui le traité d'imbécile, ils n'avaient pas changé à ce niveau là non plus, chacun son tour finalement. Il malaxa légèrement son poignet endoloris par la prise du pirate bougeant ensuite petit à petit les doigts pour retrouver leur faculté. Qu'il y est des sujet ou pas à attaquer, peu importe, c'était lui qui se voilait la face, Stamford le savait, mais ne pouvait pas faire grand-chose pour le moment,
    _ Je n'ai pas finis ce que j'avais à faire ici, alors à moins que vous n'ayez rien d'autre de plus pertinent à me donner, nos chemins se sépareront ici. »
Ah oui, c'est vrai qu'il avait autre chose à faire avant de partir, ce qui ne l'empêchait pas de savoir comment quitter la ville de la manière la plus simple et rapide. La seconde partie attrista légèrement le lord, qui, beaucoup plus serein et attentif que son compagnon réalisa qu'on s'approchait d'eux et qu'il était bien trop tard, pour l'un, comme pour l'autre de filer à l'anglaise. Autant de précaution pour rien, c'en était bien dommage et son ami qui finalement attendait une réponse alors que le lord était déjà partit dans les différentes possibilités qui s'offraient à eux dans cette situation particulière. Gabriel voulait une réponse, la patrouille s'apprêter à découvrir, l'un et l'autre dans l'obscurité. Aussi étrange que cela aurait pu paraitre, il sentit l'excitation monter, la situation n'était pourtant pas critique, bon, il venait de se prendre un poing dans figure, il avait le poignet légèrement endoloris. A part tous ces petits détails sans grande importance, il n'y avait aucune raison, pour qu'on en vienne aux armes, qui connaissaient la tête de Jack Sparrow ? Pas grand monde, alors celle d'Eideard, il fallait l'avoir croisé. Ce qui limitait assez les possibilités qu'ils aient a en venir a un échange musclé, d'un autre côté si c'était les soldats de la compagnie, connaissant la réputation de Hobbes et très certainement ayant était recommandé de le garder à l'œil... Ils faisaient une bonne prise.
Il avait listé toutes ses possibilités avec un intérêt et surtout rapidité, il préférait ne pas prendre de risque. Le risque que les hommes le vois avec le pirate, Elvira demanderait description et ça ferait tilt, quand à l'échange musclé, merci, mais deux morts dans les ruelles et deux absents lors des changement de ronde, ça faisait désordre et mettrait la ville en alerte ainsi que les alentours. Trop risqué pour Gabriel. Lui, qui était justement en face du lord, essayant de se calmer, qui risquait de ne pas comprendre le mutisme soudain de Hobbes et surtout ce qu'il allait faire. D'un seul mouvement rapide, silencieux et légèrement violent, il avait saisit le poignet de Gabriel après lui avoir lancé un regard assez alerte. Plaquant sa main sur la bouche du pirate pour éviter tout bruit de voix qui pourrait attirer les deux gardes vers eux. Il s'était saisit de la paume de son ami exerçant une pression pour l'empêcher de bouger. Regardant la situation en face, n'ayant aucune envie de donner l'occasion a son ami une excuse pour filer, Hobbes avait décidé d'admettre que l'un et l'autre serait assez rapide pour être méconnaissable dans l'obscurité pour simplement mettre hors état de nuire les deux hommes qui se rapprochait. Il chuchota à l'attention de son interlocuteur,
    _ Pas de mort, ça ferait désordre... Il lâcha son compagnon, le premier homme à la lanterne leva celle-ci dans la direction où il avait entendu la voix de Stamford s'élève,
    _ Qui va là ?! »
Le second homme apparu à son tour dans l'halo lumineux. Mais avant qu'ils puissent faire apparaître les deux compères, la lanterne tomba sur le sol éteignant la seule source lumineuse. Suivi rapidement de son propriétaire et son compagnon qui s'écroulèrent a leur tour sur le sol après avoir reçu les salutations de Stamford et Gabriel. L'avantage de savoir se battre à main nu, c'est de pouvoir se débarrasser de témoins gênant, sans faire de dégâts trop important. La plaisanterie avait cependant assez duré, le lord le savait très bien, levant son regard, il pu apercevoir Gabriel. Admettre qu'il n'avait plus rien pour convaincre son ami était difficile, mais il ne pouvait pas se permettre de lui reprocher de ne pas vouloir faire face à la vérité s'il ne le faisait pas. Il lâcha un soupire,
    _ Je n'ais rien de plus pertinent à vous donner, si ce n'est ceci. Il glissa sa main dans sa veste pour en sortir les fameux documents dont il parlé un peu plus tôt et lui tendre avec un sourire malin. Ne me demandez pas ce qu'ils font encore sur moi. A ce niveau, je suis persuadé qu'ils vous seront plus utile qu’ils me l’ont été. Sachez tout de même que le meilleur moyen de quitter la ville sans éveiller soupçon et éviter ce genre de situation, c'est par l'ancien port de dépôt, personne s'y risque la nuit. Il tendit ensuite sa main vers Gabriel pour le saluer. Je vous souhaite bon courage et tâchez de vous contenir un peu plus, votre impulsivité vous perdra, comme vos certitude infondées. »
Il finissait toujours par insisté et enfoncé le clou. C'était une tête de mule, on ne pouvait pas lui enlever ça, comme lorsqu’il ne faisait pas les choses à moitié. Cela pouvait en être agaçant aux yeux de n’importe qui, que ce soient ses ennemis ou ses amis, il avait toujours ce qu’il fallait sous la main et une fois une idée en tête, il la menait jusqu’au bout. Cela avait l’air d’un au revoir solennel, comme s’il semblait persuadé que ça finirait là et que la prochaine fois qu’il entendrait parlé du pirate serait au passé. Dans sa tête, c’était bien différent, il savait qu’il finirait par venir chercher les autres réponses qu’il cherche, Stamford espérait juste que ce soit avant que Elvira mette la main sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cpt. Gabriel L. EideardCaptain ° seek the truth in blood

« Inscrit(e) le » : 18/02/2010
« Parchemins enregistrés » : 286
« Where are you ? » : Là où les vents et les courants l'emporte
« RP Age » : 38 ans
« What do you want ? » : Il y a des personnes sur ses Mers qui doivent périr ...
« Quote » :

    " Un homme a toujours le droit de se venger, si peu que ce soit ; la vengeance est bonne pour le caractère ; d'elle naît le pardon. "



ONE-WAY TO KNOW~
« Parti Politique »
: Pirate
« Profession Exercée »
: For me ... and the piracy
« Relationnel »
:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   Mer 3 Mar - 22:25

    Le pirate ne portait attention à rien et surtout pas à Stamford qui reprenait possession de sa main blanche. Le silence plana de longues secondes ce qui permit à Gabriel de reprendre un peu ses esprits. Aussitôt le processus engagé, ses oreilles lui indiquèrent qu'un problème arrivait. Mais le pirate eu à peine le temps d'amorcer un regard vers la source du bruit qu'il fut à nouveau saisit par Stamford. Mais c'est que ça devenait une habitude ! L'énervement de Gabriel revenant au galop, il eu cependant beaucoup plus de facilité à le contenir lorsque ses yeux croisèrent ceux de son acolyte. Le Lord avait apparemment eu plus du temps pour réfléchir à la situation et de toute évidence il venait d'opter pour une solution. L'ex-lieutenant se voyait donc intimer au silence et à l'immobilité, son regard pâle retrouva alors une habitude perdu depuis leur dernière frasque. Ses yeux partirent à la recherche de l'idée de Hobbes, en observant le visage de ce dernier et il en vint rapidement à la conclusion que l'élimination rapide était à l'ordre du jour.

      " Pas de mort, ça ferait désordre... "


    Bien, c'était donc élimination rapide mais discrète. Dommage, il avait un trop plein d'agressivité à déversé. Mais Stamford vivait ici, c'était donc à lui de choisir. La question du soldat enclencha aussitôt le processus, Gabriel libéré de l'emprise de son ami se retourna et envoya voler la seul source lumineuse. L'homme n'eut guère le temps de comprendre car il finit bien vite inconscient et face contre terre. Deux coups avaient suffit au pirate pour donner ce résultat mais au vue de la force qu'il avait déployé, il ne serait pas étonné que le pauvre homme se réveille avec un mal de tête digne des plus grande cuite. Cette monté d'adrénaline sembla nettoyer l'esprit de Gabriel de toute rage et c'est un visage un peu plus détendu qui se leva vers Stamford.

      " Je n'ai rien de plus pertinent à vous donner, si ce n'est ceci " Le pirate fronça légèrement les sourcils mais attrapa les documents auquel il jeta un coup d'œil. Regard totalement inutile au vue du peu de lumière qui éclairait la scène. " Ne me demandez pas ce qu'ils font encore sur moi. [...] votre impulsivité vous perdra, comme vos certitude infondées. "


    Gabriel serra la main tendu, il aurait sans doute amorcé un sourire si Stamford n'avait pas jugé bon d'enfoncer le clou. Encore heureux que notre pirate ai retrouvé son contrôle sinon le Lord aurait surement encore dû payer ses mots indésirables. Et ils se quittèrent ainsi Gabriel n'ajouta aucun mot et glissa les papiers que lui avaient transmis son ami dans une poche intérieur de sa veste. Son regard glaciale suivit Hobbes quelques secondes avant de se baisser vers les deux corps au sol. Si l'homme qu'il avait neutralisé n'allait pas se réveiller avant un bon moment il ne pouvait pas en dire autant de son collègue. Mieux valait-il filer d'ici rapidement, le pirate jeta un coup d'œil aux alentours et se fondit dans l'obscurité de la ruelle d'où était sorti les soldats. Cette rencontre totalement imprévu lui avait donné matière à réfléchir, et lui avait apporté une foule contradictoire de ressentiment.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retrouvailles à la faveur de la nuit [HOBBES]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
:: AGAINST THE WORLD :: :: 
:: Rp•I GOT NOTHING TO FEAR IN THIS CITY ::
 :: — port-royal, the dangerous » :: « le port »
-